Gate of Valor

Nous sommes à la recherche de roi et de champion! Rejoingnez nous vite pour découvrir les mystères de votre aventure! et recevez 500BP a utiliser !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Annexe Solo White Part.2 - Slit my Soul [Explicit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Princesse Infernale

avatar
I am
Messages : 1096
Date d'inscription : 17/11/2016


Feuille de personnage
Santé:
140/140  (140/140)
Magika:
220/220  (220/220)
Stamina:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Annexe Solo White Part.2 - Slit my Soul [Explicit]   Lun 4 Déc - 22:04




The War
Annexe WN: Awakening 2




Alors que le guerre continuait. Beaucoup tombaient comme des insectes. De toute façon, Akiza n'aimaient pas vraiment les insectes - ou plutôt, en colère, Akiza n'aimaient pas trop les fardeaux. S'ils tombaient, il y avait une raison. Elle ne devait pas gaspiller son énergie pour secourir les petits faiblards, non! Son énergie était plus importante que la vie de tierces fourmis. Cette guerre allait déterminé les plus forts aux plus failbes. Une fameuse mort et poétique, alors que son regard d'une froideur incommensurable: * Cette guerre est mon éveil, cette guerre est comme ma renaissance. Je me sens si bien, je peux me mouvoir, enfin! Et cette blessure me fait un bien jubilatoire. Ce mal me prouve une chose, que je suis en vie! Cette guerre n'est pas que physique, mais psychologique. Certain me décrivent étant comme un monstre. Vous avez tous faux, je suis ce que je suis: tout ce que je veux est ma gloire, grandeur gagner. Mon plan n'est pas parfait, mais tous sont imparfaits. Je me suis préparée pour ma résurrection. Ce n'est plus qu'une simple guerre, c'est une guerre à l'intérieur de mon âme!!/ c'est une guerre à l'intérieur de mon âme!! *

Créatures du Fléau s'approche de moi, je les vois. Je vais les massacrerai tous les uns après les autres. Je marche dans rien, je me demande où je suis. Tout ce que je peux decerner est le rien de tout. Un vide envahi mon coeur lourd et chargé. Ces créatures sont tous tombés, sales insectes. Je ne peux tout de même de m'empêcher de sourire. Le seul fait de ressentir du sang couler dans mes veines. Mon corps est chaud. Je ne sais plus mon sang dans mes veines, mon corps est froid. Quelle fameuse mort pour ceux chose ; j'ai commes pitié qu'ils tombent tous, ils étaient vivant avant. Je n'ai aucune pitié pour ceux qui se mettent sur mon à chemin travers mon chemin. Je marche vers ma victoire, je vais gagner! Je marche vers la réponse, vais-je perdre ? Tout est logique, tout à une réponse ; il n'y a pas, je perds tout - mal à la tête. Cette vie est comme, pour moi, une seconde chance ; cette vie, pour moi, est ma seconde chance. Les flammes ; noirceure.

Elle marchait à travers la cité souillé de corps qui jonchaient le sol. La sorcière infernale contrait chaque attaque, les pulvérisait sans tenir compte du respect. Elle agissait totalement différemment, comme si quelqu'un d'autre avait prit le contrôle de son corps. Cela avait arrivé quelque fois, mais jamais dans un telle violence. Cette fois sur le pont, aucune victime n'avait été épargné, certes. Lors du combat contre Joey, mais ce dernier était toujours en vie. La fois où Akiza fut projeté près du magma, cette dernière avait perdu le contrôle d'elle-même. Cette incident n'avait laissé aucune marque de brûlure en plus! Au château, mais cet événement avait duré quelques minutes, pas plus. À présent, sa perte de contrôle dépassait largement celle des autres fois. Son regard était plus malsain, ses sclérotique étaient certes rose ainsi que ses Iris étaient d'un rouge écarlate. Ses pupilles reptilien, mais cela n'était pas tout. Son aura flambloyait d'un rouge et rose, mais cela n'empêchait pas à la sorcière d'être crain. Malice dans son sourire et son regard intimidait, les coeurs pures ne pouvaient que s'incliner. Le respect des adversaires n'existait plus. Akiza détruisait ses ennemis sans aucun scrupules. Elle anéantissait ses opposants en les submergeant dans un torrent de flamme.

Marchant toujours dans la cité, je crois que je devrais aller hors. Marchant dans le vide, je pense essayer de retourné d'où je viens. En passant cette porte, je pourrais enfin prolonger ma gloire. En retournant d'où je viens, je vais pouvoir garder mon secret. Tu le sais pourtant, que tes secrets sont en sûreté avec moi, Kiki. Je n'ai aucune confiance envers toi, toi qui me disait soeur. Tout ce qui m'intéresse est ton corps! Et tout ce que m'intéresse est mon corps! Tu es en guerre ; je suis en guerre avec mon âme!! Tout ton/mon existance est un secret! Tsh! Tu ne vois pas hein ? Tu ne voyais pas non plus. Je sais que j'ai raison. Je n'ai pas tort non plus. Je marche ; je recule. Je la vois enfin.
Est-ce un double, une autre personnalité? Je ne peux pas croire à deux âmes.

La sorcière prit sa pierre d'Elysium dans le creux de sa main, devant la grande porte de la cité. Cette pierre d'un éclat de bleu pratiquement pure, un bleu presque aussi éclatant qu'azure. À l'intérieur se trouvait deux sphères. L'une rose, la plus petite et l'autre rouge, plus importante. Un lien les liait comme deux étoiles. Cette pierre était le présent d'une voyante comme preuve ultime de la deuxième âmes de la jeune Akiza, une lectrice cosplayeuse introverti. Certain la décrivait comme asocial. Selon d'autres dire, Kaiza, le fameux nom qui hantait la jeune hôte et cité par les feu follets, aurait été une psychopathe qui s'intéressait à occultisme doublé d'une démonophile. Son règne avait néanmoins changé beaucoup de chose dans le royaume infernal. Levant la tête face à la porte, Akiza ne s'entendait même plus dans sa tête, comme si elle était perdu dans son propre subconscient.

La guerre n'était pas terminé dans les deux camps, le troisieme était la guerre personnelle d'Akiza. Une guerre pour elle-même et son âme. Des guerres qui prouveront qui sont les plus fort. Dans le cas d'Akiza, c'est elle contre elle.


Inside my soul


* Je ne vois rien... *

Alors que la colère ne fait que grandir en moi. Je ne vois aucune échappatoire. La colère envahie mon coeur ainsi que mon jugement. Est-ce bien ma colère? Pourtant, je n'ai jamais vraiment été en colère. J'ai toujours resté très calme, car je sais que rien me se règle par ma violence. Mais tout ce contre-dit quand il en vient de notre vie qui est en danger. Je ne suis pas comme ça! Je hais tout ce qui est en rapport avec la violence. Je hais la guerre, je hais les malfaiteurs, je hais les démons! Ceux qui s'excite devant le pouvoir, je les hais tous! Comme devant ce miroir ;

Je me vois, comme une autre personne. Une person e qui n'est pas moi. Certes que j'ai encore quelques cernes, j'ai le teint un peu pâle, je ne suis pas très grosse. Je me demande même si je ne suis las dans mon poids santé. Mais cette personne dans reflet n'est pas moi. Pourquoi ce serait moi ? Je touche pourtant ce miroir et je ne sens aucun lien qui nous lis. Tout ce qu'on a en commun est le fait qu'on se déteste l'une l'autre. Ses cheveux sont rouge, comme des flammes. Alors que moi, nah : Rose. Je sais déjà que ce rouge dans mes cheveux lui appartient. Ses yeux confrontent les miens. Je peux voir la tristesse qu'elle ressent. Ai-je un demon qui sommeil en moi ? On appelle cela le dédoublement de personnalité, j'en ai déjà parlé à Kaguya, et, là, je la vois. Pour la seconde fois. Elle qui disait me protéger telle une soeur, mais je sais, je connais ses intentions. Cette partie de ma personnalité veut me dévorer. Ce n'est pas nouveau qu'une personne avec une deuxième personnalité donne un nom à son alter-ego ;

Je sais que ma vie n'a pas toujours été facile, mais face à ce miroir, je me dis que j'en ai traversé des épreuves. Ton sourire cynique, tes yeux cauchemardesques, j'en ai bavé tellement que tu me faisais peur. Si peur que je ne voulais plus dormir par crainte de vivre une autre cauchemar. Je dormais partout, à cause de toi - ou en fait de moi qui me hante moi-même. Mais pourtant, même si on est identique, je ne peux pas m'empêcher de te trouver belle, sinon je me trouverais laide, pas vrai ? Alter-ego, Kaiza, comme tout tout les autres t'appelle, tu ne t'es jamais manifesté alors que je te le demandais. C'était seulement dans le but de me terroriser, rien d'autre. Je connais tes tours de passes-passes, je penses. Tu dis avoir gagné alors que je ne vois rien. Si je ne peux pas voir ta victoire, cela ne consiste pas à une preuve ;

Le miroir se fissure devant moi. Car je sais que je peux l'emporter. Je suis certaine qu'elle a autant peur de moi que, moi, j'ai peur d'elle. Je suis formelle, sûre et certaine. Je mettrais ma main au feu, ce que je fais toujours grâce à mon pouvoir - ou le sien - je n'ai pas à penser cela. Son pouvoir n'est plus sien, maintenant, il est mien. Si ce pouvoir est né dû à ma colère intérieur, alors soit, je dois l'utiliser à bon escient et comme ça, je pourrai renverser les choses ;

Le miroir se brise. Alors ? Je vois maintenant que je suis soumise à ma vie alors qu'elle, elle règne en enfer. Quelque chose chez mon alter-ego me reconforte par la même occasion. Je ne sais pas trop quoi, mais c'est... La colère? Je ne serais le dire. J'ai toujours été contre la violence et la colère! J'ai déjà fais des erreurs, je ne le sais que trop bien! La pardonner serait-elle une solution. Le miroir est brisé, dois-je comprendre que je vais vivre sept ans de malheurs. Hm, je ne crois pas. Cela n'aurait que pour effet d'ajouter un petit grain de sel dans un vase plein. Reste seulement à savoir si ce vase est remplie de sucre ou encore de sel...

Je marche dans les éclats de verre. Moi, pieds nus, ces derniers s'ouvrent. Un liquide rouge-presque-vin sort. Étrangement, je ne ressens aucune douleur. La douleur nous rappelle souvent que nous sommes en vie, enfin, je crois. Je l'espère. Continuant ma marche, je me rends de l'autre côté. Je ne vois toujours rien. Je n'ai toujours rien vu. À par les ténèbres, je ne vois pas grand chose. Je vois pas mes propres mains, comme si j'étais déjà destiné à ceci. Il n'y a plus rien d'angoissant. Je m'accepte comme je suis. Je pense décerner une chambre noire, très sombre. Une telle chambre.



Slit my Soul


Enchaînée, que ce passe-t-il? Je ne vois toujours rien. Alors qu'elle probablement. Je ne comprends plus rien. D'où sortent ces chaînes ? J'ai beau lever la tête et la noirceure règne toujours. Je tourne la tête en vain, car la noirceure est d'une épaisseur palpable. Comme un brouillard, mais noir. Heureusement, je n'ai pas peur du noir. Je n'ai aucunement peur du noir, car je n'ai aucunement peur de mes démons. Mes démons et moi êtes comme les doigts d'une même main. Je n'ai peur de rien, je n'ai peur de rien!.. À part la solitude, cela ne revient pas au même? Au même de dire que les ténèbres sont mes seuls ami ? Je me débat, le claquement des chaînes. Mes poignets ensembles dans une seule menotte. Les chaînes sont nombreuses, que je sens une fraîcheur métallique sous mes aissèles. Autour de mon coeur, un colier de cuire où je peux sentir une légère pression soutenu au loin. Mes pieds et mes cuisses ne sont pas épargner non plus. Je ne vois plus rien, et je n'ai plus aucune liberté. Je me bat sans cesse contre moi-même et ma propre liberté - être délivré de moi.

Une petite boule de feu au loin, trône avec non-chalance, non-respect de la loi et la logique. Il n'y a pas de fumées sans feu et pourtant, je ne sens aucune fumée. Elle bouge comme elle danse. Elle prône le désir de savoir et de pouvoir. Une deuxième, une troisième, quatre, cinq... 10, 11... Je ne les compte plus, trop chiant. Onde de choc. Une femme, nue, ses vêtements se génère, comme moi. Moi qui pensait être unique à faire cela. Kaguya m'a dit que mon alter-ego ne le faisait pas. Ses mains placé sous deux des sphères de flammes. Une allure de souverraine, elle me démontre bien sa puissance et sa monarchie. Ses yeux et son sourire désignent sa grande assurance de ses compétences. Pour la deuxième fois, je la revois, devant moi - face à moi : Kaiza.

* Elle est enfin là, la première fois elle m'avait affronté. Son pouvoir est potentiel, mais pas autant que le mien. Il est vrai qu'elle possède les miens, mais ce n'est qu'un emprunt temporaire. Souriant, je la fixe avec vantardise. Je lève l'une de mes mains où, dessus de ma paume, trône un petite boule de feu. Celle-ci se lève avec l'élan de la main. Je lui dis : *

- Tu es enfin là, Akiza.

Je ne peux pas bouger, je trouve déjà étrange le fait que ma bouche ne soit pas couverte par quelque chose quelconque. Me débattant, claquement de chaîne encore une fois, mes yeux se lèvent vers la souverraine. Encore une fois, l'idée de réincarnation n'est pas au top de ma liste. Bien loin de là, une psychose encore, vouloir tout! Mon air, la plus menaçante possible, de même pour mon sourire, s'il existe encore. Mes iris scrutent où la noirceure peut être oubliée, une clé, une clé traîne peut être au sol qui sait ? Un bruit, mon attention se retourne vers mon alter-ego. Elle descend, toujours aussi majestueuse.

* Près d'elle, il n'y a aucun doute qu'elle possède la même chaleur que moi. Mon premier plan à échoué, il est vrai qu'elle n'est pas bête. Ce lien de confiance n'a donc jamais vraiment existé. Avec ma main sur sa peau, caressant celle-ci, ma main frôle sa joue son menton, son finalement et avec cette même main, je lui assène une gifle le revers. *

Sous la puissance du coup, je ne connais pas les formules mathématiques qui fait à sorte que ma tête fut repoussé, mais cette gifle... Qui dire à part le fait que je l'ai senti alors que je ne m'y attendais pas. En fait, je pense que je m'y attendais plus ou moins à vrai dire, pourquoi être attaché alors ? C'est le pouvoir exercé sur un autre être, c'est ça!

- C'est ça qui t'excite, le pouvoir sur autrui ?

Elle ne me répond pas, c'est à peine si elle m'écoute à dire vrai. Mes yeux, mon attention, je ne la lâches pas. Filature, même si je ne peux pas bouger. L'attention, pourtant c'est que qu'elle veut. Prouver qu'elle existe, ME prouver qu'elle existe. En la fixant, je lui donne se qu'elle veut, mais si je ne le fais pas. C'est comme si j'étais soumise à elle. Et merde, je ne serai pas soumise à elle, Oh Hell Fucking No!

*Tournant autour d'elle, je lui assène une autre gifle, derrière la tête. Sa long cheveux suit l'élan de ma gifle. Je tourne encore autour d'elle, cette fois c'est un coip de poing au visage. Alors ? Comment trouves-tu ? Tel est mon air. Est-ce que j'excite, pétasse !? J'ai tellement envie de lui crier cela dans ses faibles et misérable oreille. De ma main, j'aggripe son cou *

Mal à respirer à cause de son étreinte, mal à ma joue, mais je ne dois pas fléchir. Que veut-elle me prouver, hormis le fait que je peux aussi éprouver de la colère?

* J'enflamme ma main pour lui brûler le cou. Gifle à nouveau, coup de poing et lui tire les cheveux. Je souris, encore une fois. Coup de pied à son tibia, coup de poing au ventre. Maintenant un petit éclat de rire, que ce pouvoir me soit rendu. Ensuite, avec malice, et, avec ma main baladeuse, je caresse sa chatte avec aucun pudeur. *

Crachat de sang, mal à respirer, je ne pensais pas qu'elle serait si forte. Je lève la tête encore, je dois garder la tête haute. Je me débats encore alors qu'elle ose caresser mon intimité. Les chaînes claquent entre elle. De mes yeux, je vois les petites vagues qu'elles font que je bouge désespérément pour tenter de me libérer. Chaque claquement ressemble à un rire vile et malicieu. Mais je garde mon regard haineux sur mon alter-ego.

* Pieu dans la jambe, gifle et coup de pied suivi d'un coup de chaîne. Je la regarde avec orgueil et puissance. Ensuite, de ma malice, la chaîne autour de son cou, je la ramène vers moi, même si elle ne peut pas vraiment bouger aisément. Sourire satisfait, ma victime est couverte de plaie et ecchymoses. *

Pfah..ha... Rien, mais rien au monde va m'éfforcer à croire ce que j'ai toujours voulu ignorer. Pfah... Je suis en harmonie avec mes démons. Je n'ai pas peur... Ni d'eux, ni d'elle, elle n'est qu'un autre démon que je dois vaincre. Vaincre comme tout les autres. Ma solitude à mes peurs, tous vaincu.

* Son visage toujours aussi près du mien, soumise à ma grandeur et mon ppouvoir. Mon sourire ne laisse pas place à la pitié et à la gentillesse à son égard. Je lui donne une gifle, encore et ramène sa tête vers moi à l'aide de ses cheveux*

- Et maintenant, tu dois te dire que tu peux me vaincre comme tu as vaincu tes autres démons. * Je m'approche près de son oreille * Laisse moi t'envoyer un truc. Tu as vaincu tout tes démons, c'est par mon aide, Akiza. * Gifle *

Ma tête basse, je n'ai plus assez d'énergie pour la relever. Je ne comprends plus rien. Est-ce vrai ? Je ne sais plus. Donc je n'ai jamais rien vu de toute ma vie ? Tout ce que j'ai entrepris c'était par son influence ? J'ai mal, on m'a empalé comme elle m'a empalé avec ce pieu dans ma jambe. Alors je ne suis qu'une simple soumise ? Une soumise de ma propre vie ? Tentant de lever les yeux, en vain. Trop de question existentielles et si peu de réponses révélatrices. Alors je marches depuis toujours dans un immense brouillard... Je nage sans trouver réponse ni terre ferme. Je rampe en quête de rien du tout... Qui... Qui peut m'aider..?

* Enfin, elle semble avoir compris que sans moi, elle n'est rien. Que sans moi, elle n'est qu'une coquille vide. Chaque part d'elle est un fragment de moi et de mon être. Elle est seulement une copie de moi. Un hôte qui incarne l'instrument de ma vengeance! Je lève sa tête encore une fois, je veux voir ses yeux défaitistes. *

- Alors dit-le! Dis-je en lui empalant encore une fois la jambe avec un pieu. Allez dit-le que j'existe, connasse!

-N-n...

* Assez! Je vais la dévorer s'il le faut! Violement, je la ramène vers moi pour que nos lèvres se rejoignent. Je l'embrasse, oui je l'embrasse pour ma victoire! *

Quel goût, ignoble! Et dire que j'embrasse mon alter-ego, donc moi-même ou une partie de moi. Ce goût de poison et de mort
Avec l'adrénaline, je parviens à me dégager de son baiser mortel. Je lève les yeux, d'où sort cette énergie ? Je n'ai plus nul part! Mes yeux, mon assurane est revenu. Elle me ramène, je recule la tête, un autre baiser morbide, en plus qu'elle saisi mon seins gauche. Aucun hasard, mon coeur se trouve derrière. Je parviens à me défaire encore, aucune doute, mon énergie est revenu! Claque de chaînes. Avec une assurance que je n'ai jamais eu auparavant:

- Si tu dois me torturer pour me prouver que tu existe, finai-je en criant. ALORS TORTURE, MOOOII!!!

Ce cri, ce cri de colère, c'est donc cela la colère. Un cri roque, mais avec un côté aiguë féminin et puissant que seulement les chanteurs et chanteuse d'Heavy Metal était capable de faire. Alors oui, je suis en colère et quel SENSATION! Éprouver de la colère, moi aussi j'ai le drois à ce sentiment. Alors c'est cela, c'est cela le démon que je n'ai las vaincu, La colère! Rien n'est perdu, il y a une première fois à tout. Les chaînes ne peuvent plus, en claquent et se brisent. Le bruit métallique contre le sol, mes entraves sont vaines et vaincus. Je lève la tête avec ce monde regard de haine. Je fixe mon alter-ego qui, elle, semble terriblement surprise, mais son ego surdimensionné l'empêche de ressentir la peur. Pourtant, elle devrait! Un autre cri :

- Si tu ne veux pour ta résurrection, alors SCINDE MON ÂÂME!! Si tu veux me battre, tu devras jouer selon mes règles! J'aime comment tu me tortures. Tu M'ENDURCIES!!

Je m'approche, c'est à mon tour. Un seul coup suffira. Je lui assène un coup de poing sur la machoire. Moi aussi, je peux me battre comme un garçon manqué. Je pose mon pied sur son dos qu'elle tente de relever son égo. Blessé, hein ? Alors qui domine, moi aussi je peux faire ma motherfucking bitch! J'appuis sur son dos alors qu'elle essaie toujours. Je souris bêtement, pourtant, il est vrai que c'est jouissif. Elle se retourne avec un regard noir, aussitôt que je me procure une fourche et la plante dans le sol. Que ce soit mon subconscient ou non, je m'en fiche, le fait que son cou soit coincé entre les branches de la fourche me suffit emplement. Je souris, ris et je jubile...

- Alors que vas-tu faire ? Si je suis simplement des parts de toi, alors nous avons la même force, Akiza.

L'interpeller par un nom qui n'est pas le sien. Comment plus l'insulter outre le fait de seulement l'insulter ? La pire insulte envers elle est bien le fait d'écraser son égo et son pouvoir. Je n'y vois pas d'autre façon. De mes yeux, je la vois bel et bien. Son cou entre les fourches, en quelque sorte, les fourches représentent mes doigts. Moi aussi je peux jouer son jeu. Je n'ai pas peur de mes démons, je l'ai pourtant averti. Elle gorgne, je lui souris avec non-chalance. Alors qu'elle se débat avec détermination. J'ajoute :

- Il suffit! admet ta défaite, tu m'as seulement sous-estimé.

- Jamais!!

Elle me grimace avec mépris. Je m'y attendais, je savais qu'elle ne renoncerait pas si facilement. Il s'agit de son orgueil qui est un jeu, ainsin sa fierté. J'enfonce la fourche un peu plus dans le sol en réponse de son mépris. Elle se débat, j'enfonce d'avantage. C'est à mon tour de jouer la maîtresse, reine à la noix. Je te promes être une vilaine et malicieuse, mais seulement avec toi. Accepter et se laisser emporter par la colère sont deux choses totalement différente. Enfonce...
Je n'ai pas besoin de toi...

Slit my Soul - End

Il était temps de gagner d'autres terrain. Ses yeux redevinrent normarl, mais quelque chose avait changé...






Je ne veux pas te ressembler   

* Mais je veux t'aider *









¦ - Finally, My Glory
¦ - Hello Darkness ~❤️
¦ - My Love Diying
¦ -     - - -
¦ - Kaguya, My Sister
¦ - - - -
¦ -     - - -
¦ -     - - -
¦ -     - - -
¦ -     - - -
¦ -     - - -


         

_________________

Ember, Spark, Flare et Blaze
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Annexe Solo White Part.2 - Slit my Soul [Explicit]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gate of Valor :: Royaume Elfique :: Liavaarana :: Sentier Principal-