Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin]
 :: Royaume Runique :: Nécropole

Akiza Hainamida

Messages : 1281
Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Santé:
Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrev51115/150Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec23  (115/150)
Magika:
Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec2161/300Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec23  (61/300)
Stamina:
Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barres1070/100Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec23  (70/100)
Akiza Hainamida
Princesse Infernale
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 30 Avr - 10:23



Farewell, Akiza
I'll never forget you...



Maintenant dans le royaume runique. Jamais je n'aurais cru m'y sentir si seule - à dire vrai, jamais je n'aurais cru être si seule dans ma tête. Tout est si froid que je frigorifie sur place dans un monde où le ciel n'est pas apparant - le soleil complétement absent. À croire que je me suis laisser à moi-même. La lumière bleuté m'a abandonner et laisser devant un cimetière portant mon nom. À savoir, tout savoir, cela me rappelle d'anciens évènements. La liche qui frigoritiait chaque partie de mon corps. Ce monde oublie par tierse est un monde remplit de secret. Je détestes les secrets ; j'adore les bibliothèques. Comme mon coeur, qui, telle une bibliothèque, je dois tous classer. Je m'y perds et je ne m'y retrouves plus. Mon monde profond et d'une amertume de solitude si creuse.

Je suis une clé, la clé de mon journal intime enterré quelque part, plus loin dans mon cimetière. Mon coeur ne voulait plus savoir, il voulait oublié. Moi je crois que le mieux est de conserver le secret. Que cette clé soit enterrée et oublié de tous. Gardons le secret,pour conserver la contradiction. La liche me l'avait dit. Une dure épreuve allait m'attendre - être abandonné de moi-même. J'ai beau réorganiser ma bibliothèque, je n'éprouves aucun plaisir. Néophyte dans l'art d'être saine émotionnelle. Néophyte dans l'art de s'auto-détruire... Néophyte dans l'art d'écrire...

Le ciel est en floraison, je n'y vois que ténèbres et une lueur d'espoir ; leur de tempête. Chaque page coupé représente une apocalypse précaire. La guerre des sentiments, une obsession maladive pour la vie, une famine d'énergie vitale et une mortalité même de la mort. Parlez-en au miroir, moi, mon reflet a déjà disparus. Comme si on m'avait déjà tuer pour me laisser là, à devenir le repas. La colère de l'abandon, l'envie de vengeance, l'orgueil de recouvrir son honneur. Toujours, toujours vouloir gagner, gagner et gagner, l'avarice ; pour finalement tout garder pour soi comme un gourmand. Bourgeon de lueur, devient plus gros que je puisse voir ma défaite et pleurer sur ma tome où se trouve mon journal intime.

Détruit mon coeur et devient mon assassin de Lima. Tout est déjà fait, cela sera prémédité. Ce sera un simple accident,  je te le promet. Mon journal est la clé ; je suis la clé de ce journal. Les étoiles me l'ont dit, je suis leur déchu d'un matin. Une bibliothèque de coeur, brûle de mille feu. Je m'effondre... Detruit mon coeur et devient mon assassin de Lima. Tout est déjà fait, cela sera prémédité. Savoir n'égale pouvoir ; pouvoir n'égale pas savoir. Le ciel est floraison, je te l'ai dis, la clé est mon journal, conversons les secrets... Tout les secrets...  

[*]


⛧ Dairy's Key⛧



Il ne faisait ni beau, ni mossade. Le royaume runique était un royaume dépourvu de ciel. Un gigantesque écran noir couvrait ce vide. Pas d'atmosphère, pas de rayons. Comment une jeune femme pouvait-elle y vivre ? S'y rendre comme cela n'avait aucune logique.  C'est justement, ce royaume n'avait plus rien de logique. D'après ses quelques recherches, Akiza avait découvert que, jadis, ce royaume était avancé très technologiquement. Une puissante forge appele Forge-Monde permettait même de forger un royaume! Depuis la trouvaille de cette clé ( Qu'elle tenait en main ), la jeune rechercheuse se demandait si cette forge n'avait pas un quelconque rapport les clés et ces royaumes. Selon Bloodish, d'autres clés pouvait reposer dans d'autre royaume. Pour l'instant, Akiza connaissait quatre Royaume : Humain, Elfique, Infernal, la question étant, pourquoi la clé permettant à Allithna de se réveiller se trouvait dans le royaume de la forêt?  

Sa rencontre avec Allithna fut des plus cauchemardesque pour Akiza, qui, avait dû se battre contre elle-même ainsi que son alter-ego pour rester en vie, mais pas seulement contre elle-même et son alter-ego, mais aussi contre la primordiale aussi! La rage incommensurable qu'elle avait ressenti ce jour fatidique l'avait mener à faire des choses atroce tel qu'abandonner ceux en qui elle avait confiance... Qu'est ce qu'était la confiance réellement? Ce n'était pas comme si elle n'avait pas essayé de l'accorder. Allithna servait le de preuve irréfutable. La confiance était maintenant scellé sous clé et enterré dans un cimetière.

Ses yeux mi-fatigués en direction de dehors. Akiza réfléchissait à ces derniers évènements enen regardant le désert aride à travers la fenêtre se disant qu'autrefois ce royaume devait être magnifique. Magnifique au point de couper le souffle des voyageurs. Déjà, la jeune femme imaginait l'herbe plus verte que dans son propre royaume et un ciel plus bleu. Les arbres plus foncé et en santé, de plus de leur grande feuille plus souple et d'un vert émeraude. À cette heure, le royaume runique n'offrait pas cela. Le royaume offrait la mort et la décomposition. L'air du royaume était chargé d'onde negative, empestait la haine et l'hostilité. D'autant de son coud me qui était appuyé contre du granite, sa main contre sa joue. L'ennuie ressenti se disait comme : mortel.

Archives après archives. L'hiérarchie Runique ressemblait à une mine d'or, malgré du fait que la lumière ne semblait pas y pénétré. Cette lumière serait telle qualifié de noir ? Fouillant dans tout ce qui ressemblait à une information qui pouvait accroître lea connaissance de la princesse. Trop d'information tue l'information, c'était le dicton de Bloodish ; pourtant, qui de mieu pour se tuer étant trop soi-même, devenait indirectement le dicton d'Akiza. Comme adepte de lecture, la lectrice ne cachait pas un coeur de philosophe dans sa poitrine, même si parfois ses propos s'agencer symbiotiquement. Qui d'autre pouvait pénétrer dans son antre secret ? Tout lui apparrenait pratiquement, juré. Au coeur d'une bibliothèque au centre d'un immense cimetière désolé. Chaque livre ouvert racontait des choses formidables, d'autre de piètres conneries sans inportance. Le plus important, c'était l'informaticien au sujet de la clé de son journal intime.

Son journal intime où l'avait-elle égaré? Enterré ? Pas dans le royaume runique, impossible. Métaphoriquement, au plus profond de son coeur. Physiquement, où était-il. Il était vrai que sa maison fut autrefois incendié, peut-être que celui-ci ait terminé sa vie physique en tas de cendre. Maintenant, vivait-il dans un monde métaphysique? Cela restait très peu probable. Dans le royaume elfique, le journal de son alter-ego avait été trouvé dans la bibliothèque. Ayana disait l'avoir déposé là. Mais ce n'était pas celui-là qu'Akiza te tentait de se souvenir. La vraie question ne dormait pas: A-t-elle déjà eu un journal intime, son petit livre personnelle où elle pouvait écrire ses petits secrets à son tour ? Akiza ne se rappelait de rien au sujet d'un diary book, mais quelque chose en elle disait qu'elle écrivait dans un livre personnel dans sa tendre jeunesse. C'était cliché qui n'avait pas de diary book pendant son adolensce ?

Cherchant livre par livre, autant dans les étagères que celui de son coeur métaphoriquement, la sorcière cherchait réponses au sujet de cette clef, mais aussi sur le passé. Le passé tout coût ; Kaiza, Bloodish, Sæline, tout le royaume Runique voir tout les royaumes. Cette journée atroce avec Allithna. Oui, un foutu livre sur les primordiaux! une réponse pour tout était nécessaire. Un autre livre, celui-ci ne pesait pratiquement rien. La couverture un vieu rouge avec une accumulation poussiéreuse d'un gris poussiéreux. De quoi tousser après l'avoir balayé du revers de la main. Se qu'elle fit. Le titre : Le labyrinthe runique. Pas grand chose en le feuilletant. Ce livre informait son lecture sur l'histoire de la conception du labyrinthe en question. En plus d'informer de sa structure, le livre informait son lecteur des pièges et des créatures violentes qui y habitaient. N'importe quoi, toutes les créatures de ce royaume étaient d'un niv. de dangerosité sans équivoque. Même le plus paisible ghoul pouvait être une menace pour n'importe quel soldat qui n'était pas préparé. Tant de conneries, autant refermer le livre. Au prochain maintenant, ce livre racontait la légende du dragon phatome. Enfin un livre qui pouvait intéresser la vétérante en lecture, mais chaque chose à son temps ; chaque page à son moment. Le livre retourna par la suite à sa place de choix dans l'étagère.

Tel son coeur, cette bibliothèque était dans l'un de ses bordel. Marchant le long de l'allée, ses doigts frôlaient chaque bordure des livres qui reposait à leur place resceptive. Le problème de ce coeur d'information, c'était que la pagaille transcendait le niv. de la porcherie. Comment y trouver un livre à notre goût, si c'était une vraie pagaille ? C'était comme si une tornade adepte de lecture avait décidé de se tirer une bûche pour se dévorer un bon livre avec d'aller se coucher. Sa marche continuait, son pied se déposait sur un livre. Ce bouquin ne traînait pas la par pure hasard. Des centaines jonchaient le sol. Baissant les yeux, Akiza décida de se pencher légèrement, pas d'incident de révélateur, de toute façon elle portait une mince pantalon noir sous sa robe, et aussi, elle était seule. Il n'y avait qu'un seul rat de bibliothèque et il se trouvait que c'était la princesse. Avec quelque livre en main, la jeune lectrice décida de se target une rangée pour commencer à orgnaiser la section. Visiblement, tout le coeur de l'information était bordelique. Première Section : Histoire, ou encore, Origin. Malheursement, rien dans ses main répondait à cette section, mais le livre sur le labyrinthe, oui. Donc la sorcière le deplaça là. Autre section, les créatures dangereux. Ce n'était pas compliqué, la moitier des livres qu'elle avait regarder allait déménager dans cette rangée. Un livre sur la technologie Runique, heureusement que cette bibliothèque ne manquait pas d'alleé et d'étalage. Un autre livre déménagé et par la suite, plusieurs rejoint le fameux livre en question.

Un peu plus loin, la sorcière vit un livre qui attirait son attention. Comme si ce livre l'appelait et disait: Lit moi. Un sentiment étrange, mais nostalgique l'envahissait. La couverture de ce livre était noir avec des flammes bleues. Deux personnages si trouvaient. Une femme châtaigne avec des oreilles de chat portant un kimono et un homme au cheveux long, un peu ébourrifé de couleur noir et blanc, mais quand même assez beau. Il portait des vêtements de style gothique et son long manque noir avec de la fourrure enlaçait la jeune femme qui était muni de deux queues de chat fantomatique. Akiza remarquait une légère ressemblance avec Kaguya. Voilà la nostalgie...

Titre : Romance Interdite.
" Il était une fois, tout le monde sait que les contes de fées n'existe pas. L'histoire une jeune femme aux oreilles de chat et d'un jeune gothique qui rêvait de se venger. Ce gothique portait le nom de Kurohana ( Ce qui signifiait Fleur Noir en japonais ). Ce jeune homme était beau et prenait grand soin de son apparance. Un jour, lui et son ami qui, lui, maîtrisait l'art du sang se rendirent dans une prison pour y détruire les chefs des nations. Au court de leur route, le jeune gothique rencontra la route de Kaguya qui s'était échappé de sa cellule. D'une rage folle, elle massacrait tout les gardes sur son passage sans y laisser une seule victime. La jeune femme était devenue une véritable bête féroce qui mettait même en danger le jeune Kurohana et son ami, Kriyus. Cheveux noir, il ne possédait pas seulement un style vestimentaire, il possédait aussi de puissant yeux violet capable de calmer la bête féroce. Plus tard, le jeune gothique apprit de la part de la mystérieuse femme nommé Kaguya qui les gardes abusaient d'elle. Ce qui mit le jeune Kurohana hors de lui ; alors que normalement il était d'un tempérament sombre. Lors de l'arrivé de la garde, l'ami du gothique les retenaient jusqu'au moment où Kaguya et Kurohana unissaient leur force pour créer une énorme et gigantesque boule de feu violet tigré.

Suite à la victoire, les semaine s'écoulèrent et Kaguya semblait vivre un bonheur ultime. La femme chat était tombée amoureuse du jeune homme. Ils vivaient en parias et combattaiemt pour leur liberté à tout les jours. Autant des créatures que de puissants adversaires. Mais un jour, leur chemin se séparait. Se croyant près, Kurohana fit ses adieu à Kaguya. Sa raison de vivre l'appelait, celui-ci devait détruire son frère qui voulait mourir depuis X années. Mais Kurohana devait être assez fort pour cela. Kaguya, de son côté, tombait dans une profonde amertume, jusqu'au jour où Kriyus, l'ami du gothique lui dit qu'il pouvait la rendre plus puissante à l'aide de sorts interdits. Malgré les risques, Kaguya voulaient à tout pris retrouver la route de Kurohana pour lui prêter mains forte. Sachant tout les danger, pendant trois long mois, Kaguya s'entraînait jour à près jour pour être en harmonie avec elle même. Après ces trois long mois, Kaguya maîtrisait même la purification, elle pouvait purifiée les ténèbres et les absorbées.

De son côté, dans le monde des mort, Kurohana s'était aussi entraîné et avait développée de nombre pouvoir tout aussi dangereux les uns que les autres. Son pouvoir était tel qu'il pouvait putrifier l'environnement autour de lui ; alors que Kaguya la recouvrir. À leur retrouvaille, Kaguya et Kurohana s'affrontèrent. Ignorant à qu'elle point il avait changé physoquement. Les cheveux de Kurohana était devenu long jusqu'à milieu du dos et un peu moins ébourrifé. Ses cheveux étaient aussi de couleur noir et blanc à la base. Rouge à lèvre noir, il portait une cheveux noir avec par dessus un chandail violet. Il portait aussi un long manteau noir avec de la fourrure aux extrémités.  Son pantalon était aussi noir avec quelquea chaînes et languettes. La première impression de Kaguya fut :  Il doit avoir chaud! Mais leur retrouvaille se situait au pays des neige, Où leur première rencontre eu lieux 3ans auparavant.

Kurohana et Kriys voulait y mettre un terme. Ils voulaient leur liberté. Avec un petit groupe, ils s'apprêtaient à attaquer, mais Kaguya stoppa le jeune renégat pour lui annoncer qu'elle voulait aussi participer. La jeune femme ajoutait qu'elle n'était plus la bête féroce qu'elle était il y avait 3ans et voulait leur faire payer aussi. Cela ne plaisait pas vraiment à Kurohana qui, apprit récemment que Kaguya possédait des talents succubiste. Il accepta, malgré son inquiétude.

Tout était éteint, l'heure de l'attaque avait sonné. Kurohana et Kriyus cachés dans le plafond, ces derniers le défoncèrent pour sauter sur leur simple respectif. Un combat titanesque eu lieu. Si violent, qu'à un moment Kaguya fut blesser. Kurohana, dans un rage folle, éveilla le potentiel transcendant ainsi ses pouvoirs. Le coût n'était que des plus atroce ; sa vie. Avec ce pouvoir une puissant métamorphose en un démon liche noir, Kurohana avait la force de combattre la cible de Kaguya en plus de la sienne dans un combat à deux contre un. Un véritable chao... Tout tombait...

Le silence maintenant, les attaquants prirent la fuite et les défenseurs aussi. Tout le monde était parti, sauf Kurohana qui restait introuvable. Kaguya avait beau le rechercher, mais il se trouvait nul part. Larmes, larmes, elle pleurait pratiquement toute les larmes de son corps. Sous les peu de rayon de soleil, comme s'il guidait la jeune femme. Celle-ci séchait ses larmes abondante pour ensuite se diriger vers le fameux rayon. Éspérant que cela n'allait pas engendrer l'évènement du bout de l'arc en ciel et qu'elle n'y paeviendrait jamais. Ses jambes étaiemt en piteuse état, mais elle s'osbtinait à marcher pour se rendre au faisceau de lumieux qui s'étalait plus loin. Maintenant arriver, dans se faisceau ce trouvait, Kurohana.

Horrifié, le jeune gothique était sectionné en deux à partir du bassin. Le sanf plein de bouche. Il respirait encore, mais il était très faible. Kaguya voyait maintenant le prix de sa technique interdite. Même ses yeux étaient ensanglantés, affreux, complètement affreux!.. Kaguya ne faisait trop quoi faire. Le prenant dans ses bras en lui disant que tout aller bien, qu'elle allait le soigner. Qu'ils devait seulement rentrer!

- Je t'aime, disait-il...

C'était le premier je t'aime qu'il lui dit en 3 ans. Maintenant condamné, Kurohana ajouta :

- T-tu... es l-libre... Kag...Kaguya... T-tout ceci... Était pour toi... Vis... Vie tu ta vie...

Dans l'ombre des histoires, rien n'est parfait. La vie n'est pas un conte de fées, rare où le fini notre vie avec une fin heureuse... "

Oh mon dieu! Même si Akiza ne croyait au créateur, mais commençait doucement à cause de tout ces hsitoires de culte d'Allithna. Ce " Oh mon dieu " le méritait ( bien sur, tout ce que j'ai écrit n'est qu'un résumé ). Le livre pouvait briser coeur de n'importe qui. L'histoire avait de tout, une rencontre, des voies différentes, des retrouvailles, un combat pour la liberté etc,Tout! Il y avait de quoi se sentir mal. Surtout lorsqu'Akiza vit que la femme sur la couverture lui ressemblait énormément. Était-ce bien elle ? Il était vrai que Kaguya n'avait pas tout dit à son sujet. Ce droit lui appartenait, c'était quand même sa vie privé. Des questions s'imposaient quand même. La jeune lectrice voulait savoir. Une fin tellement triste que...

Une pierre tomba du livre que la jeune lectrice tenait dans ses mains. Un pierre noire, une pierre précieuse même, un onyx. Une pierre rare et cher pourtant. Que fsaisait-il dans ce monde et surtout, dans le livre qui racontait un conte de fée inversé. La pierre avait encore tout ses éclats, comme si elle était encore neuve. Akiza se pencha légèrement pour la ramsasser et la regarder de plus près. Près d'une petite sourire de lumière. L'onyx agissait comme une lune qui eclispait le soleil, mais avec plus de beauté. Sa magnificence n'avait pas d'égale. La main de la princesse alla près de sa poitrine pour saisir sa pierre d'Elysium... Qu'elle n'avait plus. Remarquant ce détail troublant, Akiza brûla le livre pour le dématérialiser, comme un peu ses vêtements qui peuvent disparaître et réapparaître grace à ses flammes.

Akiza venait d'y trouver une hypothèse. Ce royaume n'était pas seulement un royaume sèche, aride et désolé où les créatures et habitants étaient bannis. Ce royaume ramassait tout ce qui était oublié. Les informations de ce royaume oublié de son peuple, les légendes, ce livre - ces livres. Toutes histoires oubliées, le savoir et tout objet... Qu'est ce qui pouvait enclencher cela, non! Qu'elle pouvoir pouvait faire cela ? Un pouvoir grand, si grand qu'il serait même qualifié de divin... Cette pierre dans sa main pouvait peut-être guider la jeune princesse, mais avant, il y avait une tâche qu'elle devait terminer : mettre de l'ordre dans cette maudite bibliothèque bordélique. Ensuite, la quête de réponses commencera, cette pierre et ce livre de conte de fée inversé. Qui était ce Kurohana ?


⛧ Dark Light ⛧



La lumière noir émise par une pierre précieuse de la même couleur. Cette pierre ressemblait étrangement en un coeur, mais noir.  Pas plus gros qu'une cerise, la pierre devint l'objet de quête de la jeune princesse infernale. Sa quête de question au sujet de ce mystérieux jeune homme dénommé: Kurohana. Qui était-il, quand remontait toit cela ? Avant tout ? Donc Kaguya devait être plus vieille qu'elle ne le croyait. Munie du livre dématérialisé, de la pierre onyx et de la clé, Akiza mit prépara donc à partir à l'aventure dans les archives et hiérarchies Runique.
Les hiérarchies, les archives, tout un lieu de trésors et de secrets. Un lieu où Akiza allait si plaire. Cela n'avait pas pris beaucoup de temps pour y découvrir son emplacement. Quelque lignes d'un ligne et le tour était joué. La nécropole était vaste et désolé, mais il y avait aussi les catacombes qui regorgeait de secrets. Espérant de decouvrir les secrets d'ancien héro qui savait ? Seul le créateur savait où se trouvait ce fameux Kurohana. Quel lien avait-il avec Kaguya ?

L'onyx servait de boussole, la jeune aventurière cherchait l'entrée de l'antre du dragon. Métaphoriquement. Longeant les murs, les royaumes n'était pas seulement semé de piège mais aussi de surprise, une porte pouvait s'ouvrir à n'importe quel moment. Le royaume runique était un ancien royaume très avancé technologiquement après tout. Malgré les toiles et la poussière, la jeune sorcière avançait. De toute façon, les araignées ne l'effrayaient pas. Ce n'était qu'un bestiole qui méritait de vivre comme une autre. Évidemment, ceux du royaume oublié n'avait rien à voir avec son monde à elle. Dès que l'une d'elle apparut devant la princesse, elle fit un sursaut. Une araignée des plus étrange: son abdomen de couleur chair avec une fente au centre. À l'intérieur de cette fente, une lumière verte fluorescente y reposait, mais n'était pas tout, des minis piques de couleur chair abordait son abdomen. Étaient-ils venimeux? La princesse ne se pressait pas à le savoir. Elle aimait découvrir, mais à une certaine limite. Doucement, elle se dégageait du regard à 13 yeux de l'arachnide pour continuer aon chemin.

En fin de compte les toiles commençait vraiment à l'écoeurer. Il y en avait de plus en plus et ces arachnides immondes ne faisaient pas exception. Même si belle vivait leur vie oubliée dans le royaume, elle devenait de plus en plus effrayante, bizarre et écoeurante. Si chiante à regarder que l'envie de rebrousser chemin ne se cachait pas loin dans ses pensées. Akiza commençait à devenir de plus en plus angoisser. La première faisait une longueur de 7 centimètre, maintenant, les nouvelles espèces, qui ne devaient même pas avoir de nom, dépassait la largeur et la grandeur d'un poing, le poing d'un homme! Ceux-ci ne devait pas être venimeux, une morsure devait faire autre chose de surement bien plus atroce. À la seule vue de cette bestiole, le nom : Apocalypticus venait en tête de la jeune femme. Voilà, espèce baptisé. Un chemin alternatif n'existait pas. La voie se faisait se plus en plus étroit, comme dans un profons détroit.

Plus loin, dans la pénombre du couloir, des murs de toiles ornaient les murs telle une nouvelle décoration. Akiza avait pour seule lumière la pierre qui la guidait. La lumière sombre ne dévoilait pas grande chose à cette profondeur, seulement la noirceure éclairée d'une lumière pratiquement aussi sombre. Avec ses flammes, d'une minutie et d'une délicatesse de doigts de fée, la sorcière brûla la couche de toile pout savoir ce qu'il s'y trouvait. Bien évidemment, on ne peut pas gagner à tout les coups. Un mur de pierre poussiéreux, noir avec de la moisissure. Comment pouvait-il y avoir de la moisissure alors que le royaume runique était dépourvu d'eau? Brûlant d'autre couche de toile, le couloir en était complètement envahie. Rien, encore le mur qui se longeait sûrement à l'infini. Marchant toujours avec cette inquiétude persistante, Akiza se vit être coincé au fond d'un cul de sac. Super, se disait-elle. Fallait bien qu'elle soit prise dans cet cul Dead End merdique!.. Cette pierre la guide ou non ou simplement, elle disait n'importe quoi ? Main en flamme, l'aventurier lança une boule de feu dans cette couverture de toiles d'araignée.

Le mur de toiles de défonça comme elle le souhaitait, mais à cause de son manque de négligence, le feu s'emporta. Sauvage, les flamme commencèrent à tout dévorer. Mur, plafond et le sol, tout ce qui était parsemée de ces toiles se faisait dévorer par ses flammes. Niant sa témérité, Akiza décida de continuer son exode, mais un corps - un mur de cadavre à moitié dévoré par les arachides lui bloquait maintenant la routine. Si les murs de toiles étaient écoeurant, ces murs de corps morts trandescendaient les limites de l'horreur. Derrière elle, des cadavres reposaient aussi. Parfois, ils semblaient seulement faire parti du mur ou encastré de force. De plus, comme si l'horreur ne traumatisait pas assez, certains, beaucoup trop même, se trouvaient avoir l'abdomen ouvert, les côtes complètement arrachés ou ressortis, mais rien ne se trouvait à l'intérieur. Un corps sur cinq gardaient un peu de leurs organes, mais pourquoi ? Ceux-ci n'étaient pas à leurs goûts! Akiza allait-elle terminer sa quête ainsi, faire parti de ce mur de l'horreur ? Ses mains devant sa bouche, toute ses forces servaient maintenant à ne pas dégueuler. À la simple vision de ces mur qui, ceux-ci, semblaient la maintenant fixer effroyablement. Quelques mains ou paire de mains ressortaient de ce mur où ils fusionnaient pratiquement avec celui ci. Des bouts de tissus en décompositions pointaient le vide. Ça expliquait maintenant la moisissure et la noirceur des murs. La chair de ces morts tapissaient..

Sa curiosité égalait son courage, n'importe quel fou lui dirait qu'elle ne manquait pas de courage pour s'aventurer dans les profondeur des catacombes du royaume runique. Même si ce mur morbide stoppait son trajet, Akiza leva les yeux, parfaitement décidé d'affronter ce qu'elle allait voir. Effectivement, même si c'était étroit, l'analyste était persuadé que c'était ces à cause d'une accumulation de dépouilles qui rendait ce ou ces couloirs étroit. L'odeur si nauséabonde qu'il en venait à se demander si l'odeur n'était pas toxique. La sorcière ne prit pas un grande respiration, depuis que maintenant que l'écran de toiles, qui retenaient ces odeurs, s'étaient estompés et que la calcination venait de faire de ces " Dead Bodies " en " Corpses ".
Avec la puissance de ses flammes, la jeune adepte défonça le mur de cadavre à l'aide de deux puissante lame embrasée. Un ouverture en forme de X parmit à certains corps de tomber au sol. Le bruit souillé fut immonde au point se se demander dans quoi elle s'était embarquée. Mais bon... Pour se convaincre ; c'est la voie que j'ai choisie, se dit-elle.

De l'autre côté de ce mur de malheurs se trouvait une immense pièce. Cette fameuse pièce ressemblait à une crypte. Le centre des catacombes de la nécropole. Le corridor avait été cauchemardesque, maintenant, la jeune depisitaire de la pierre noir espérait avoir plus de chance et croiser des choses moins abominable - Drôle d'idée, elle se trouvait en plein coeur d'un des endroits les plus oubliés du royaume runique. Penser qu'il n'y avait tien revenait à dire que la terre était plate. Les hiérarchies et les archives devaient bien se trouver quelque part. Tournant la tête dans plusieurs direction, la jeune aventurière tentait de trouvet un secret, ou porte ou peu importe ce qui possédait la capacité de la faire avancer dans son odyssée. Tout ce qu'elle voyait : mur, quatre portes avec grillage d'autre mur, surment un mur de  cadavres. C'était à ce moment qu'elle remarqua que c'est porte se trouvait dans les quatres points cardinaux: Nord, Sud, Est et Ouest, et qu'elle, bah, elle venait d'ouvrir sa propre porte pour pénétrer dans la crypte.

Bruit fracassant! Qu'est ce que cela pouvait bien être cette merde ? Ce bruit était si puissant qu'il avait fait trembler le sol. Levant les yeux, la princesse vit une gigantesque araignée. Qu'est ce que cela pouvait bien être chose saloperie de chose ? Fixée par celle-ci, la bestiole monstrueuse devait faire au moins trois mètre de haut, et ça, sans être sur ses pattes arrière. Ok, maintenant Akiza avait peur. Cette créature pouvait la dévorer. De plus, elle était persuadée que ces corps sans vie étaient son oeuvre. Reculant de quelque pas, sans regarder à arrière et acculée au mur, les yeux de l'arachnide l'intimidaient. Poilu avec d'immense gros crocher long comme l'avant bras d'Akiza, la bestiole commençait sa descente au sol.

Sans perdre une seconde, face à la mygale geante - ou tarentule, peu lui importait son espèce, la princesse commença à courir afin d'échapper à son prédateur. Ayant choisi sa proie, l'araignée se mit immédiatement à sa poursuite avec ses puissante pattes crochu d'arachnide. À l'aide de ses flammes, la princesse pulvérisa l'un des grillages, celui du Sud, pour pénétré dans la porte. L'araignée y serait trop étroite pour y pass... La monstrueuse araignée dénonça le cadre de la porte, sans mal, sans broncher. Avalant littéralement sa salive de travers et sous l'effet de l'adrénaline, la sorcière se retourna pour continuer un nouvelle course pour perdre de vu cette abominable bestione octopède. Le couloir était tapissé d'obstacle : morceaux de rochers, de bois, toile et même de vieux piliers. Continuant sa course sous les tremblements quasi sésmique. La course pour sa vie continuait dans les tréfonds du royaume oublié contre l'araignée. La ruines pouvait lui fouler une cheville à n'importe quel moment, mais la seule solution: courir, courir! face à cette bestiole aux crochets géants. Plus loin se trouvait un pillier qui lui bloquait le chemin. Grace à ses mains et un puossant élan, Akiza parvint à sauter par dessus. L'araignée, elle, défonça seulement l'obstacle qui lui faisait face. Non seulement déterminé , rien ne l'arrêtait. La créature voulait se nourrir de sa proie à tout prix. Continuant sa course, un autre pillier, mais la jeune femme ne sautait pas assez haut, par conséquent elle glissa sous l'obstacle, se releva aussitôt pour fuir sa mort inévitable. Maintenant le couloir décidait de tourner, peut-être que l'araignée allait entrer en collision avec celui-ci et perdre connaissance? Non. La coureuse regarda légèrement derrière elle, le monstre était toujours là. Des écroulements, il ne manquait plus que ça, Akiza devait maintenant éviter les débris et se protéger la tête. Littéralement courir pour sa survie. Pourquoi courir et non l'affronter ? Ses pas sésmique faisait presque perdre pied à la jeune proie. Sautant par dessus un pillier en s'accrochant à une parois, il n'existait pas d'autre solution, voilà la raison. De plus, ses mains sur sa tête ressemblait à ce fameux casque qu'elle se créait lorsqu'elle était hantée par Kaiza qui, elle, voulait seulement la protéger du royaume infernal. - - puissant coup de patte, le moment arrivait, le sol même arrivait vers Akiza. La coureuse perdit pied pour ensuite quitter le soi-même où un ravin se trouvait devant elle. La clé quitta sa manche.

D'un air horrifié, Akiza tentait de la rattraper à l'aide de sa main. La clé de ses réponses à ses questions. La clé volait un peu plus loin. La main d'Akiza s'approchait d'avantage vers l'artefact qui la fuyait comme elle qui fuyait l'araignée plutôt. Son bras ne pouvait pas aller plus loin un moment donné. Au dessus du vide, elle espérait seulement s'approcher de l'Artefact pour l'attraper. Jamais, jamais elle allait se pardonner si elle perdait la clé. Jamais, jamais elle n'allait se pardonner, s'il arrivait quelque chose de tragique. Jamais, jamais elle ne pourrait la ratttaper, si elle ne faisait pas des efforts, comme ses rêves. Jamais, jamais...

[*]

Tombe ma belle, tombe comme un étoilé. Attrape tes espoirs et va, mais n'oublie pas ; tu ne peux las reculer une fois dans ta chute. Rappelles toi aussi  que tu ne voles pas, tu es seulement en chute libre. Ta seule réelle liberté... Comme une larve tombe d'une branche frêle. Tu avais confiance en elle et elle vient de t'abandonner. Maintenant, tombe petite larve, tombe et écrase toi au sol de toute tes forces. N'ayant pas la chance de découvrir la couleur de tes ailes... Tu n'as pas à avoir peur dans ta chute, attrape ta clé et accroche toi. Tu n'as pas à avoir peur, le sol est moins dur de ce que les gens pensent de toi. Tombe ma belle et écrase toi au sol. Tu ne sais que trop bien que le sol est moins dure de ce que les gens pensent de toi. ÉCRASE! ÉCRASE! et revient nous plus forte avec tes nouvelles ailes.

[*]

Finalement, la clé revint entre les mains de la dépositaire. Akiza pouvait s'estimer heureuse, mais elle ne devait pas crier victoire trop vite, sa chute. Levant les yeux, le monstreuse araignée tombait, étrangement. En plus d'être déterminé la dévorer la jeune aventurière, l'araignée se retrouvait être stupide. À l'aide de ses flammes, la sorcière eut une idée. Si cela venait à fonctionner, l'araignée risquait d'être neutralisé. Elle se propulsa en faisant un salto arrière, l'araignée ne pouvait rien faire, sauf la regarder faire. Justement, à leur croisement de leur regard, Akiza fit un sourire malicieux. Son air apeuré venait de s'estomper. La confiance en elle revenait. Toujours dans sa propulsion à l'aide de ses flammes à ses pieds, Akiza parvint à dépasser la tête de l'araignée. Ensuite, à l'aise de la clé, elle planta l'artefact dans l'abdomen de la monstrueuse araignée. Celle-ci hurla bien entendu. Jamais elle n'aurait cru un jour chevaucher une araignée géante, encore moins en chute libre. Il ne restait qu'à s'assurer que l'atterrissage soit absorber par cette bestiole. Avec la pression de l'air, la clé déchirait peu à peu le corps de la bête. Les cheveux la princesse se mouvaient dans tout les sens. De combien de mètre ils tombaient bordel ? Plus bas, le sol apparaissaient peu à peu. Un pieu énorme sortait du sol en plus centre. Akiza n'était pas effrayé, justement, elle eu l'idée d'utiliser cet immense pieu pour mettre un terme à tout cela. Avec ses mains et l'éclaire de flamme, la sorcière dessina un pentagramme autour d'elle. Quelque seconde était requise avant qu'elle puissait utiliser l'éclair de feu à nouveau, son déplacement instantané. Quelque petites flammes rose sortaient de la lueur du cercle magique. Trois...deux...un... Ses pieds en flamme, toujours en train de tenir la clé dans le corps de la bête otcopède. Violemment, Akiza retira la clé du corps de la bestiole. Bientôt, ils allaient atterrir à travers ce pieux. Avec ses pieds enflammés et le pentagramme, la sorcière se propulsa vers l'arrière en faisait un salto arrière comme la première fois. Alors que du côté du pentagramme rose, celui-ci propulsa l'araignée avec la force qu'Akiza avait ajouté avec ses pieds lors de son saut. La vitesse et l'impacte à travers le pieux fut grandement multiplié, alors que la jeune combattante glissait le long du mur et saurait de petites corniches en corniches pour retomber au sol.

Levant les yeux avec un sourire satisfait. L'araignée poussait d'énorme hurlement, SHRIEK!!! elle se mourrait. Les éclaboussures de son sang avait monté jusqu'à 4 mètres de haut. Son abdonne était pratiquement terminé. Mais se n'était pas terminé. La jeune aventurière regarda la pierre noire qu'elle venait de sortir de sa manche. Celle-ci brillait toujours,  même un peu plus. La sorcière ne s'était donc pas égarer de son chemin, au contraire, elle s'y était rapprocher par chance. Se n'était pas terminé, le commencement... Jamais deux sans trois. Joue-là, ta carte maîtresse. Une voix en elle disait de l'achever. Qu'elle allait s'en sortir si la jeune femme la laissait là. C'était peu probable selon Akiza. Lol, c'était le royaume runique, aucune créature ne devait être prise à la légère. La loi du plus fort, le seul moyen de s'assurer de la mort d'une créature runique : lui arracher son coeur ; s'il en possédait plusieurs ? Tous! Cette voix qui lui dictait cela. Était-ce ? Non, c'était impossible. Même si elle avait horreur de se salir les mains, Akiza entoura sa main gauche de flamme rose pour ensuite sauter sur l'abdomen de l'araignée géant.  Fin prête, sa main et une partie de son bras empala la créature. Encore un énorme hurlement strident de douleur. En plus qu'elle l'avait empaler, Akiza brûlait l'intérieur de la bestiole. Le coeur de la créature dans le creux de sa main. Les hurlements s'additionnaient avec la brûlure au coeur lors de l'extraction. La sorcière tirait pour l'extraire, elle tirait de toute ses forces. Urgh... Hurlement. Ce cri strident commençait sérieusement à l'étourdir, mais elle devait continuer à la tirer, tirer, TIRER!! Tramquillement, elle commençait à voir une partie du coeur de l'arachnide. Akiza ne s'arrêtait pas, ce n'était pas le moment de lâcher! De toute ses forces, malgré les hurlements, Akiza tira pour ensuite extraire le coeur! C'était immonde, autant que les lamentations  de cette abominable araignée agonisante. Au début, la créature débordait d'énergie, maintenant, elle est morte. Ce pieu eut raison d'elle et Akiza avait joué le rôle du bourreau. Que faire maintenant de ce coeur ? La princesse allait rejouer les recheuses et l'étudier après. Le coeur était immense, elle le fit disparaître comme elle pouvait le faire avec la clé, ce qu'elle fit aussi.

Où avait-elle tombé? Est ce que toutes les portes menaient à ce ravin? Sinon le risque de se tromper restait réel. Ah oui, royaume Runique. Akiza avait seulement été chanceuse de tomber sur une puissante araignée géant qui voulait la dévorer. Tout allait bien, tout allait bien. Seulement, la princesse avait eu plus peur que de mal, c'était plus cette chose qui avait souffert le plus, mais elle l'avait cherché. La chute qu'elle venait de faire avec l'araignée devait être environs de plus de mille mètres. Même aussi, elle se souvint que l'araignée avait aussi défoncé un planfond. On pouvait dire qu'elle en avait vu de toute les couleurs. Le planfond devait aussi être à environ dix mètres du sol. Avec une pieux un plus centre, wow. À quoi servait-il, hormis le fait de tomber dessus pour faire des victimes ? Une question stupide avec surement un futur réponse stupide. Néanmoins, cette pièce abandonnée ressemblait à un sanctuaire en quelque sorte. Plutôt, son architecture lui donnait cette allure de sanctuaire. Quelque devait s'y tramer jadis, mais quoi ? Pourquoi ces bancs et tables étaient si énorme aussi ? Cela commençait à devenir de plus en plus mystérieux... Et donc, intéressant.



⛧ In the Shadow of the Valley of Death ⛧
When the black flower spread alone on the floor.


Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : vêtu de ta toge noir et se ta faux qui a soif de justice. Tu es comme un ange gardien qui me surveille du haut de ta crypte. Ton regard qui me guette comme un serpent; moi, qui est la fleur noir qui s'étale à même le seul... Je pensais être plus forte aujourd'hui. Sachant que tout est vulgaire mensonge. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : toi et ta main osseuse sur mon épaule. J'attend seulement que tu m'amène loin avec toi ~ Je n'aurais plus de mourir à l'intérieur. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort ; m'étaler sur le sol telle une fleur pour rendre mon énergie. Quand je marche...
Je n'ai plus peur de rien, mes démons font parmis de moi... Nous sommes maintenant qu'un, j'aime leur présence autant que celle de mes parents... La chute du matin n'a plus rien à voir. VOUS QUI NE VOYEZ QUE LA FAUSSE VÉRITÉ! PERSONNE N'EST JAMAIS SEULE! DERRIÈRE CHAQUE ÊTRE SE TROUVE SON AUTRE! DERRIÈRE CETTE OMBRE SE TROUVE UNE SOURCE DE LUMIÈRE! DERRIÈRE CETTE LUMIÈRE SE TROUVE UNE AUTRE CHUTE! CETTE OMBRE VIENDRA TOUT OU TARD L'ENGLOUTIR!! Dans la vallée de l'ombre de la mort...

[*]

Tu as faim ? Si tu as faim, mange. Car la vie d'une fleur peut être éphémère. La connaissance est en quelque sorte la puissance. La savor est en quelque sorte le pouvoir. Qui réfléchit avant d'agir? Pas assez d'être, malheureusement, s'ils le faisaient. Ils mangeraient, ils se nourrirraient du savoir et des connaissances nécessaire à sa survie. Il faut s'estimer heureux d'y avoir accès, car la chute n'est jamais bien loin.

[*]

Hors du sanctuaire se trouvait une grande et sombe vallée. Des branches mortes sortaient des parois rocheuses et le sol était rocailleux. Sèche, le sol était craquelé partout. Un fin brouillard  gris et noir couvrait l'étendue de cette sombre vallée. Haut, très haute même, la chute d'Akiza fut bien plus qu'un seul et misérablement kilomètre finalement. D'immenses arches d'os ornaient le dessus de la fameuse vallée. Même si cette décoration était sinistre, Akiza ne pouvait s'empêcher d'être épatée par cette architecture. Du génie? Probablement pas, mais C'était tout de même extrêmement impressionnant. Elle qui avait vu l'une des merveilles du monde, celle-ci ne ressemblait à rien à comparer des ces arches d'os qui reliait l'un des ravins à l'autre. Le problème maintenant, comment faisait-elle pour voir les arches s'ils étaient à des kilomètres de hauts ? Les ossements devaient être immense! Plus haut encore, la jeune femme pouvait discerner une colonne. Mais qu'est ce que c'était qie cette merde !? Même magnifiquement morbide, cette vallée était-elle le cadavre d'une créature quelconque gigantesque ? Car l'araignée géante n'était qu'un fourmis faiblarde à cette vallée. Donc la nécropole renfermait le cadavre d'une chose gigantesque à la peau rocheuse? Trop de questions, encore. Et ce sol alors, c'était quoi ? Si rocailleux qu'aucune fleur ne pouvait y pousser, privé de lumière, elle ne sortirait même pas de terre - ou de roc. À travers ce fin brouillard, la jeune aventurière ne pouvait même pas voir à l'autre bour de la vallée. Ténébres et rien ne plus. Se demandant bien se qu'il pouvait se trouver de l'autre côté.

Sa marche allait ressembler à une course pour trouver le pied de l'arc-en-ciel. Dans la seule différence, cette fois l'arc-en-ciel serait noir. Le rôle du sol rocailleux était se lui faire mal au pied, malgré ses bottes. Les petites pierres perforaient ses semelles. Beaucoup étaient pointus et beaucoup rond aussi. Ce lieux semblait avoir plusieurs millier d'aller. Sa course vers le pied de l'arc-en-ciel noir risquait d'être long. De plus, lors de son trépas, Akiza croisait des pierres tombales, des croix ou simplement des tombes. Certains défunt n'était même pas entièrement enterré. Les pauvres, et voilà où elle se trouvait réellement. Levant lea yeux, les arches trônaient toujours au dessus d'elle. De leur splendeur et leur puissance. Il était vrai aussi qu'il pouvait ressembler à un arc-en-ciel noir et gris en quelque sorte. Tournant ses yeux vers sa droite, la parois rocheuse n'avait rien de suspect ; pareil pour la gauche. Devant de trouvait seulement la solitude de la jeune femme, elle et la pierre noir qu'elle tenait dans sa main. Quelque branche sèche sortait d'entre les rocailles rocheuse du sol. Avec prudence, Akiza faisait attention de ne pas se blesser à cause de ces noeuds d'herbes. Sa marche continuait dans l'ombre de la vallée de la mort. Morceau de pierre, comme des pilliers, jonchaient le sol, des portes et même des anciens grillages. Beaucoup de trucs vieux commençaient à apparaître, mais aussi à disparaître. Les dégâts semblaient être localisé. Combien de temps marchait-elle ?

Cette vallée jouait-elle le rôle d'un cimetière? On dirait bien que oui, Akiza regardait autour d'elle avec l'étrange impression de ne pas avoir peur. Aucune menace ne planait. Tout était calme, la plénitude régnait dans cette vallée morbide. Le fin brouillard s'épaissit, mais agissait tout de même comme une couverture douce et réconfortante. Quand une branche frôlait le visage de la sorcière, elle le ressentait comme le toucher froid d'une personne. Un touché froid comme celui de sa mère. Comment ne pouvait-elle pas lui manqué, sa mère avait toujours tout fait en aon pouvoir pour protéger la princesse. Marchant encore, au touché froid de cette branche, elle vit cette vision de sa mère. Les larmes au yeux, qui, ses derniers, tombèrent sur le seul rocailleux. La jeune aventurière savait bien que ce n'était qu'un manifestation, mais elle ne l'avait pas oublié. Sa mère ne devrait pas être prisonnière de ce royaume. Akiza lui tendit la main pour essayer de la rattraper, mais celle-ci reculait. " Non! cria-t-elle. Je ne t'ai pas oublié, maman! " Malgré ce sol difficile, la jeune troublée augmenta sa vitesse de marche allant même jusqu'à courir. L'entité fit un sourire toujours en train de reculé...

Le royaume runique était un royaume très étrange. Il possédait de nombreux secrets et le plus souvent, ces secrets étaient tous oubliés. Comme l'histoire de ce Kurohana et de sa dulcinée. Qui l'aurait cru ? Le journal de Kaiza se trouvait dans ce royaume à la base et fut ramener par Ayana. C'était pour cela qu'Akiza et Kaguya l'avaient retrouvée dans la bibliothèque elfique. De plus, le Lich et de l'orbe qu'il parlait. Ce royaume renfermaient tant de souvenirs et secrets oubliés. Les archives où elle se trouvaient, elle avait trouvé quelque recueillies où des secrets ne demandaient qu'à être révélés. Ce Saeline, les sept péchés ; les sept vertues, les Materias. Qu'est ce que cela pouvait bien avoir avec ce royaume ? Et maintenant ça.

... Reculant de la jeune princesse en souriant. Celle-ci criait encore une fois " Non! cria-t-elle. Je ne t'ai pas oublié, maman! " Mais elle ne s'arrêtait pas. Comme si l'entité ne l'entendait pas ou ne l'écoutait pas. Sa main toujours tendu vers le fantôme de sa mère. Les larmes dans ses yeux ne demandaient seulement qu'elle arrêtait de fuir. L'entité levant la tête avec ce sourire réconfortant. Akiza eut soudaine un souvenir où sa mère la giflait violemment, si violemment que sa joue restait marqué rouge. Les larmes qui innondaient ses yeux ne voulait pas y croire. Ou plutôt, ses larmes ne pouvait y croire que sa mmèrela battait. Un autre souvenir où la la jeune enfant tomba sur son postérieur. Ses larmes scintaillaient pendant sa course pour la rattraper. Malgré tout, Akiza voulait rattraper ce souvenir perdu et aussi y pardonner. " Maman ne t'en va pas, j'ai besoin de toi..." D'autres souvenirs rencontrèrent comme : elle n'avait jamais ete souhaité, qu'elle était le mal à cause de ses yeux impairs. Sa mère se disait se défendre du mal incarné. Malgré ses souvenirs qui remontaient, Akiza continuait à courir à travers ce brouillard qui commençait à devenir plus épais. Ses larmes tapissaient le sol désolé..

Toujours en train de courir à travers de la vallée de la mort. Akiza était déterminé à ratrapper la manifestation de sa mère. Certaines branches aux alentours d'elle lui coupait les joues laissant de petites plaies. Cinq plaies se trouvaient ses joues. Un peu plus sur ses jambes où ses mince pantalon noir etaient déchirés, sa robe un peu moins. Le désespoir de la princesse commençait a se ressentir dans la vallée ; l'entité ne voulait pas arrêter de reculer, autremendit de fuir. Comme si elle fuyait la vérité et voulait continuer de faire vivre Akiza dans le mensonge. Une branche de planta dans la main tendu de la sorcière. Celle-ci eût mal : Aïe, mais continuait, déterminée, malgré le sang. Si sa main ne pouvait plus servire pour la ratrapper, en tout cas ses yeux ne lâchaient pas le fantôme de sa mère. Malheureusement, à cause du brouillard qu'il devenait de plus en plus épais, comme si il y avait un moment dans la journée où il devenait plus important, la distinction entre sa mère et le brouillard se faisait plus difficile. Le de ses pieds accrochèrent une roche et la coureuse toomba sur sol en roulant comme un tonneau. Sa jambe droite avec une dizaine d'éraflure, son pantanlon de ce côté était complètement ruiné et bon à jeter à la poubelle. Tentan de se relever en mettany sa main sur ses éraflure remplit ensanglantée, la jeune aventurière était temointe de la disparition de sa mère fantomatique dans la brume.

S'écria " MERDE! " la jeune femme retomba sur ses genoux. Ne voulant plus croire à aucune de ces conneries. Rien n'avait de sens en fait. Pour quelle raison est courait? Pour qu'elle raison avait-elle combattu une araignée géant?
Pour qu'elle raison avait-elle parcouru les tréfonds des catacombes et ainsi fait tant de recherche des les archives runiques. Le fantôme de sa mère venait de lui faire le plus grand middle finger qu'elle n'avait jamais eu. Comment allait-ellr pour continuer maintenant. Akiza avait besoin d'elle... Elle avait besoin de sa mère! et ne demandait qu'à être pardonné de ses péchés. Hello darkness. COMME SI ELLE NAISSAIT POUR MOURIR. Les larmes de la sorcière n'était pas que cendre, mais bien réel. Akiza pleurait, elle pleurait à chaude larme de sa défaite. De base mauvaise perdante, cette défaite l'humiliait d'autant plus. L'image du ver dans la vallée de l'ombre de de la mort. Encore une fois, Akiza restait dans l'ombre. Levant les yeux comme si la jeune femme espérait la lumière ou tout ce qui pourrait y ressembler. Rien, même pas un rayon, seulement les ténèbres. Sa mère l'avait abandonné, comme Akiza l'avait abandonnée. Merde, comment cela pouvait être possible, selon elle ? Ses mains tombèrent au sol, désespérée. D'autant plus qu'elle ne savait aucunement où elle se trouvait. Akiza ne savait pas voler, remonter était impensable. Bienvenu dans l'ombre de la vallée de la mort.
La où le paradis et l'enfer ont été dissimé. La vérité et le mensonge n'existait pas, seulement la raison de la venue.
Akiza s'écroula, épuisée, sur le sol rocailleux de la vallée.

Dormait-elle ou simplement épuisée. Il n'y avait aucun moyen de discerner le jour de la nuit dans ce royaume oublié, aucune moyen de se nourrir ni de boire, un seul moyen de mourrir. Les secondes, les minutes et les heures passèrent alors que le léger vent qui voyageait dans la vallée faisait mouvoir la cheveux de la belle endormis. Son visage amassait la poussière du sol rocailleux et des alentours. Les bout de ses doigts, où se trouvaient ses ongles, ensanglanté. Sa jambes droitr n'allait pas mieu et sangnait aussi, pas abondamment, pas assez pour mettre la vie de la jeune femme en danger, assez pour brûler et la fatigué. Les petites plaies sur ses joue restaient toujourd aussi discrète avec leur petite coulisse de sang. Dans tout ça, Akiza respirait encore, elle avait seulement dépensé un peu trop d'énergie. Du côté de ses vêtements, ils ne se régénéraient pas, bien entendue. Ses vêtements restaient sale et baignaient dans leur poussière. Les semelles de ses bottes troué par les petites pierre du sol. Tout ce qui était intacte, c'était le petite pierre précieux, L'onyx, qui reposait dans sa main. Celle-ci qui brillait au départ ; ne brillait plus. La petit gem semblait s'avoir éteinte à cause d'un évènement X. Lequel ? Où était la pierre d'Elysium d'Akiza !?
Allithna l'avait détruite...

Ses rêves autant que le pardon de sa mère était hors de portée, hors d'atteinte. Vidée de son énergie, Akiza ne pouvait plus bouger et attendait quoi qui arriverait. En proie de n'importe qu'elle créature vicieuse, ses yeux s'étaient déjà éteintes. Sa mère l'avait vidé, Mais aussi brisé le coeur. Elle qui ne demandait que de l'amour, QU'ELLE QUI NE DEMANDAIT QU'ÊTRE ELLE!! Qu'est-ce que qui n'allait pas avec ce monde. Ses doigts à plat le sol poussiéreux, elle jonchait le sol comme un cadavre abandonné, comme si elle attendait seulement de se décomposer. Ces évènements fut une dure épreuves. Pourtant, Akiza n'avait pas fait la même chose avec sa mère et l'araignée? Courir, courir jusqu'au bout du monde. Comme si elle fuyait ; rattraper une faute avec sa mère. Dans les deux cas, elle fuyait encore. Toujours et toujours coincée dans son ombre. Coincée derrière ses problème et ses démons...

Qu'est-ce qui n'allait pas avec ce monde ? Rien ne lui donnait de l'énergie! Des souvenirs remontaient dans sa tête. Des souvenirs de son enfance où elle était rejetée de tous. Des souvenirs où son beau père la maltraitait et que sa mère tentait de la protéger mais la frappait en bout de ligne. À chacun de ces évènements, sa mère craquait, mais la l'humiliait quand même. Seule dans les bibliothèque comme dans sa chambre à livre des livres, détestant tout son être en se déguisant pour échapper à ce qu'elle était: une larve! Rien. De l'ombre. Rien ne l'encourageait à se réveiller et de se relever. Il fallait l'admettre, l'aventurier était tomber et maintenant il fallait lui donner des fleurs. La poussière l'aveuglait , l'étouffait et couvrait ses tristes souvenirs mélancoliques.

[* * *]

La vie d'un ver n'est et sera toujours qu'éphémère. Condamné à avancer lentement pour se nourir. À quoi bon de se nourir cacher alors que les prédateurs rôdent dans chaque recoin. Cela peut bien être autant une araignée ( elle en a tuer une ) et un oiseau. Depuis qu'elle était devenue princesse, rien n'avait changé. Toujours fragile dans ses sentiments alors qu'elle essayait de rester forte. Sa seule force résidait dans son air blasé lorsqu'elle se trouvait dans le royaume humain - ou c'était une faiblesse. Pour survivre, Akiza devait rassembler ses forces pour vaincre ce qui la hantait. Former son cocon pour devenir intouchable et impénétrable. Le cocon de l'évolution était sa réponse à ses question. Devenir ce qu'elle voulait être et rien d'autre. Être influencer par ses propres conviction. Même si elle admirait énormément Kaguya. Akiza devait puiser dans ses propre force pour former ce fameux cocon. Devenir la princesse indépendante qu'elle souhaitait devenir.

[* * *]

L'image de Kaguya disparu comme il avait apparue. Cette soudaine disparition eût pour conséquence le réveil de la princesse. Ses yeux reprirent leur couleur originale. Ses mains se crispèrent sur le sol difficile de la vallée, amassant ici la poussière qui y trainait. Ensuite, la jeune aventurière se releva, malgré ses blessures. Ses blessures devaient être ignorées. Pas de place aux blessures, pas de place aux souvenirs honteux, Akiza devait continuer son exode à travers cette vallée. Qu'est-ce qu'elle cherchait à la fin? À dire vrai, Akiza elle-même ne le savait pas, c'était là toutes les mystères et connaissant Akiza, les secrets, elle détestait cela. L'onyx, le livre qui mentionnait Kaguya, la clé qu'elle-même était dépositaire et même ses souvenirs, tout cela renfermaient des pages non-tournés, des chapitres non-conclus. Si cette pierre la guidait réellement, alors une réponse s'y trouvait probablement, quitte à marcher éternellement. Et maintenant, la revoilà: sa mère.

[* * *]

Le brouillard d'une épaisseur record, Akiza se retrouvait donc seule avec le fantôme de sa mère. Le brouillard était si épais qu'on pourrait croire que la jeune femme flottait dans le vide ; le fantôme le faisait déjà sans l'aide de sa fille. La princesse avala sa salive devant la réapparition du spectre de sa défunte mère. Avec tout ces souvenirs remontés, ils était normal qu'Akiza puissait être un peu troublée. Un autre souvenir lui vint soudain à l'esprit où sa mère la gifla en gueulant haut et fort : " Tu es le diable! " Comme si elle avait reçu cette fameuse gifle, Akiza recula avec sa main sur sa joue. Sa joue lui brûlait réellement. Autre une souvenirs : " C'est de ta faute s'il me fait cela! " Encore une fois, la princesse victime d'elle-même recula. Souvenirs, souvenirs, souvenirs ; gifles, gifles, gifles et injure par dessus injure avec un léger sentiment de protection et de tendresse, mais Akiza le savait à présent qu'à chaque dons de protection et de tendresse chaleureuse à son égard, engendrait un appel à l'aide plus important. Autrement dit, comme un second niveau atteind du niveau qui précédait.

Akiza se retrouva tout à coup sur le dos où sa mère se retrouvait par dessus elle. Les mains beaucoup plus puissante de sa mains autour du coup d'Akiza, comme lorsqu'elle était jeune, mais là âgée de 18ans. La princesse commençait à avoir du mal à respirer alors qu'au simple croisement de leur regard, sa mère commençait à l'injurier. Plus elle l'injuriait, plus son éteinte devenait importante ; plus son étreinte devenait importante, plus elle injuriait sa propre fille. Aki commença alors à tousser et à se débattre en disant, comme quand elle était jeune : " A-arrête...", de sa voix étouffée. Pourquoi le fantôme ne l'avait pas fait avant ? Car l'aventurier devait d'abord s'en souvenir.

Le diable! Le diable! comment elle s'écriait. C'est à cause de toi qu'il s'en prend à moi. La conséquence de son malheur. Traitée comme si elle ne vallait rien lors de sa jeunesse et vivait maintenant comme si elle dérangeait tout le monde de leur paix émotionnelle. Akiza s'était toujours sentie maudite de toute façon. Qu'est ce qu'il n'allait pas avec ce monde ? Qu'est ce qui n'allait pas avec elle ? C'était quoi le bordel! Les yeux d'Akiza devinrent rouge soudainement et ses mains aggripèrent les pognets de sa mère. Comme ce jour quand elle était petite, les évènements se répétaient. De plus, comme quand elle était une jeune enfant, elle montrait les dents, à la différence que maintenant, Akiza avait deux nouvelles paire de crocs. Avec une force et une chaleur hors du commun, la sorcière brûla les poignets de sa mère. Cela expliquait les brûlures qu'elle avait déjà. Sa mère hurlait de douleur et l'injuriait encore ; comme ce jour, Akiza fit de même et hurlait de la lâcher. Le brouillard s'épaissit.

- Pourquoi!? Pourquoi ne veux-tu pas mourir!? J'essaie de te protéger!

*Tu comprends maintenant, mon but a toujours été de te protéger d'elle. Sur-protectrice comme ma mère, jadis, mais dérangée à l'idée que tu sois le mal incarné.*

* Tu l'es*

* Chacun sa vision du mal, a corruption à fait de moi ce que je suis, je me suis juste battu*

- Car je ne veux pas perdre comme ça...

- Tes yeux... Tes dents ont changé, chérie...

-... Et alors ? Ce n'est la raison...

- TU ES LE MAL! Hurla-t-elle à nouveau en se jetant sur elle.

La tourmentée créa un mur de flamme, ce qui donnait raison à sa mère, mais cela ne la stoppa pas. Sa mère plongea dans le mur de flamme pour continuer son attaque, mais Akiza le repoussa violemment. Ellle n'était plus la petite enfant toute frêle, même si elle restait toujours aussi fragile émotionnellement et spirituellement. Grâce au contrôle de ses flammes, Akiza enferma son agresseure dans un cercle de flamme pour ensuite s'approcher.

- J'ai tout fais pour oublié cette histoire, la raison pourquoi tu rôdes ici, mais il y a quelque chose que tu dois savoir, dit-elle avec un chaleureux sourire. Je suis Kaiza... Et je déteste perdre.

* !! *

- ... Je voulais que tu sois ma fille, une fille normal que les gens n'allaiet pas rejeter...

- Et je le suis aussi... Même si cela m'a beaucoup affaiblie émotionnellement et psychologiquement, je le suis. J'ai un combat! et je dois le gagner!

Finit-elle avec un sourire. Akiza souriait, car la situation lui permettait cela. Finalement, elle finit par s'approcher de sa mère pour la prendre dans ses bras. Quelques larmes coulèrent le long de ses joues.

- Pardonner ne veut pas dire oublier, j'ai eu tort. Je te pardonne et par conséquent, tu seras libre de cette prison, maman, je te pardonne...

Sa mère ne disait plus rien, elle ne criait plus. Son spectre restait totalement paisible, comme si la voix de sa fille l'apaisait. En fait, c'était cela, sa voix l'apaisait vraiment, comme un dons. Akiza avait grandit et avait combattu ses démons toute sa jeunesse pour devenir ce qu'elle était maintenant aujourd'hui. Comme elle avait cité: " J'ai un combat! et je dois le gagner ." Les paroles d'une mauvaise perdante, voilà tout. Perdre n'était pas dans ses habitudes et Akiza ne voulait pas que cette habitudes puissait être ajouté. Seul les larmes comptaient à présent, sa mère pouvait être maintenant en paix. Le spectre commença donc à disparaître dans une vive lumière.

Les alentours de la princesse commençaient maintenant à craquer, comme du verre. Ne sachant aucunement ce qui se passait, Akiza se retourna. Les fissures dans le vide grandissaient à une rythme effréné. Des morceaux tombaient laissant des trous noirs. Rien ne se trouvait dans ce vide noir. Qu'est ce qui ce passait, quoi encore ? Ce monde était décidément très bizarre. Puis tout explosa dans une tempête de verre. Avec ses bras, la jeune aventurière...

[ * * * ]


_________________

Ember, Spark, Flare et Blaze

Akiza Hainamida

Messages : 1281
Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Santé:
Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrev51115/150Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec23  (115/150)
Magika:
Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec2161/300Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec23  (61/300)
Stamina:
Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barres1070/100Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec23  (70/100)
Akiza Hainamida
Princesse Infernale
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Mai - 11:35



Origin
When hope become hopeless




Ses yeuc voyait maintenant le peu de lumière que le royaume pouvait offrir. Un peu fatigué, mais toujours en pleine forme, la princesse était couché sur le sol, encore. Comment cela cela pouvait être possible ? Regardant les alentours de droite à gauche, l'aventurière. Tout cela n'était qu'un rêve ? Car la demoiselle ne se trouvait plus dans la cette valley cauchemardesque. Se serait-elle endormi à nouveau ? Maintenant, la princesse se resignait à être se qu'elle était au plus profond d'elle: Kaiza. Comme ce jour avec Allithna ; pas besoin d'un corps pour se réincarner, seulement un nouveau. Était-elle une élue? Non. Akiza voulait seulement savoir ce que Kaiza savait. En regardant autour d'elle, c'était à ce moment qu'elle su qu'elle ce trouvait sur un plateau. Le Plateau. Près de son épaule, une projection de Kaiza se manifesta au près de la princesse.

- Comme j'ai dis, je voulais seulement te projeter...

- En me hantant, dit-elle pour l'interrompre.

- ...Je ne pouvais pas autrement, mais souvenirs et ma colère se ressentait je sais, mais après je me suis dis que c'était mieux ainsi, car cela s'affaiblissait et par conséquent, tu n'accordais plus ta confiance en personne. C'était ce que je pensais, mais après j'ai vu que tu resistais.

-...

- Les crises de colères, que ce soit avec Bloodish ou Ayana, oui c'est ma rage. Le fait que tu aies maintenant des nouvelles crocs et une mèches rouge te rapproche de moi, mais on peut partager le même corps.

- Faire confiance en un démon, C'est un blague ?

-Et Saeline lui, mon ancien roi?

- Je me fiches de lui, je me fiches de tout les démons, je me fiches carrément de tout! Tout ce que je veux, c'est de pouvoir m'élever au rang d'Allithna!

- Tu ne pourras pas, c'est impossible.

- Et pourquoi ?

- J'ai essayé, dit Kaiza en pointant son doigt vers le ciel.

Le cauchemar maintenant un réalité. Comme Akiza avec Kaiza et sa pierre d'Elysium, cette vue horrifiait la princesse qui, elle, était complètement estomaquée. Kaiza de son côté était complètement calme, comme si elle était déjà au courant de cela. Cette vue était si horrifiante qu'Akiza ne pouvait même plus bouger. Ruine, ruine et encore plus de ruine, qu'est-ce que cela pouvait bien être? Ce qu'elle voyait était une ville complètement en ruine dans le ciel, mais inversé. De plus, les ruines ne tombaient pas, elles restaient en plus. La loi de la gravité semblait ne pas exister!
À ses côté, Akiza entendit la voix de Kaiza, sa voix sonnaient exactement comme la sienne :

- Voici le visage de la corruption.

- !!
La corruption...

Ce n'était pas seulement une ville, mais des villes qui s'étendait sur tout le royaume runique. Un royaume inversé dans ce ciel lugubre du royaume runique. Cela avait de quoi de donner froid dans le dos de la princesse qui voyait maintenant le vrai visage de ce qu'elle avait combattue dans le royaume elfique. Alors le royaume runique était le fusion de deux royaume? Ou bien...

- Qu-...

- Voilà le résulta quand deux uniners entre en collission avec un autre. Le royaume des hommes - dite humain. La corruption engendré pae le primordial qui, dans sa folie, a créé ce visage. J'ai essayé de leur faire comprendre. Maintenant, ce royaume-ci est désolé et oublié.

- Ayana contrôlait la corrutpion!

- Ayana était un humain, je l'ai ressentie de Saeline... Saeline le manipulait à mon humble avis. J'ai bien peur que Sæline s'est livré à la corruption pour y régner ici...

Dans le plus incroyable des moments depuis son existence, Akiza voyait pour la première fois des larmes sur les joues de son alter-ego. Cette révélation lui brisait le coeur. Qui manipulait qui à la fin ? C'était comme si tout le monde utilisait plusieurs marionnettes. Et qui était le chef des marionnettistes? Selon Kaiza, un primordial devait sûrement se cacher derrière cette malice. Le visage dea corruption était horrible. Un royaume inversé dans le ciel avait tué tout être vivant dans ce royaume, détruisant ainsi l'atmosphère. Comment Akiza faisait pour y vivre alors ? Probablement la clé. Et pendant son premier voyage ? Mystère, peut-être ces créatures qui voulaient les chasser lors de leur arrivé. Le visage de la corruption n'était pas perceptible depuis son point de départ. Vraiment, il fallait se rendre sur Le Plateau pour voir le royaume inversé dans le ciel obscure du royaume Runique.

- Moi qui, au départ, atteindre les étoiles. Je voulais toucher le soleil et leur montrer... Maintenant on est face au visage du chaos.

Elle qui se disait l'incarner.
Le Plateau n'était pas seulement un simple plateau. Une immense statue aussi s'y trouvait non loin. Une gigantesque statue avec une stèle qui décrivait probablement quelque chose, sûrement des renseignements sur la personne dont cette statue était à l'éfigie. S'approchant de la stèle, elle vit que l'écriture du texte était incompréhensible. Ça allait bien, un moment parfait pour avoir fait tout un chemin pour rien. Tout ce chemin pour avoir un black out et voir un royaume dans le ciel. Kaiza restait aux côtés de la princesse alors qu'un ombre apparut non loin de celles-ci. L'ombre - une silhouette - d'un jeune homme avec les cheveux long, comme celui qui se trouvait dans le livre qu'elle avait trouvé dans la bibliothèque. Un petit sourir qui mit la princesse mal à l'aise.

- Qui es-t...

- Je t'attendais.

- Quoi ?

- Pas toi particulièrement, mais celle qui trouverait ma pierre noire, l'onyx.

- Es-tu ce fameux Kurohana?

- Effectivement, je ères ici depuis des centaines, peut-être même des millier d'années.

- J'ai lu ton histoire, toi et Kaguya, comme un conte de fée.


- Si au moins cela aurait pu être un conte. Je serais encore à ses côtés.

- Cette révolte! C'était contre qui ?

- Les primordiaux.

Voilà, encore ceux-là, mais qui étaient-ils à la fin? Plus Akiza en découvrait sur un, plus elle se demandaient s'ils étaient plusieurs en bout de ligne. Ces puissantes entités ou personnages ? Avaient-ils une catégorie seulement pour eux ?

- Les Primordiaux..?


- Oui, je vais te raconter l'Origin, celle après cette stèle.

[*]

Avant ce monde était appelé celui des anciens lors de la formation du royaume des humains et des autes royaumes. Lors de leur formations, six Primordials ont été scellé pour devenir le coeur même de leur royaume. Leurs survies proviennent de leur royaume respectif-même. Mais ce n'est pas tout, pour survivre, ces primodials se doivent de donner de leur énergie pour ensuite le reprendre. C'est ainsi que les champions ont été créé.

Lors de mon vivant, Kriyus et moi vivions dans le royaume des humains, je fut le premier champion, mais Kriyus aussi en quelque sorte. Notre force était égal, donc impossible de savoir qui était le champion. Nous nous battions souvent ensemble pour mettre au claire ce titre, sans succès. Puis le jour arriva où Kriyus et moi furent trahi pour notre village même. Le village quo nous a vu grandir voulait notre peau, donc nous sommes parti avant que le peuple ait notre tête. Jurant notre revanche, nous fûmes parti loin le royaume.

Nous nous sommes entraîné pendant près de trois ans, ces pendant trois que Kaguya et moi étions rencontré. Elle se trouvait dans une prison accusé d'avoir massacré une école entière. Comment et avec quel pouvoir ? À cette époque je l'ignorais. J'ignorais l'étendue de son pouvoir, son véritable pouvoir. Elle aussi, elle voulait se venger de son village natale. Je l'avais donc prise sous mon aile pour en faire une combattante des plus redoutable. Tout les jours, j'entrainais Kaguua pour qu'elle puissait devenir la combattante qu'elle espérait être pour me venir en aide. Ses illusions étaient des armes redoutables, mais son agilité d'autant plus. L'entraînement se déroulaient chaque jour jusqu'au où j'ai appris que le roi du royaume voulait sa tête,  je l'ai tué le soir même, dans l'ombre. C'est ce jour même que j'ai su aussi que dans l'ombre, il y avait d'avantage d'ombre... Un ombre m'a mis défi au défi de le défier. Moi avec mon arrogance, je me pouvais pas refuser, donc j'acceptai le défi.

Malheusement, cela eu prix, j'ai dû me séparer un moment de Kaguya et de mon ami d'enfance. Je devais moi-même devenir plus fort pour ce jour qui arrivait. Un autre 3ans passa. Ce fut long, certes, mais quand je suis réapparu, je me sentais prêt. Kaguya ne me reconnaissait pas, personne même, mais peut importe les risques, c'était un combat que je devais gagner. Mais... Quelque chose me rongeait de l'intérieur. Quelque chose me parasitait de l'intérieur. Comme si on jouait avec ma tête. J'entendais des menaces et de viles phrases qui parlaient de suicide. Ces voix me disait vouloir ma vie et mon essence. Cela était tellement insupportable que j'ai dû en parler avec Kaguya. Et nous fûmes dévoué dévoué l'un à l'autre de faire un enfant enfin que cette chose puissait prendre sa vie et non la mienne. C'est ce jour où je vis son Sigil, il disparut aussi rapidement, mais j'ai su sa nature. Elle était une succube, une démone. Je devais la libéré, ma détermination devena dès lors incommensurable!

Même si cette enfant était impossible à procréer, et que ma mort était inéluctable, je devais la libérer. J'ai vu que Kaguya avait des côté succubiste, je devais utiliser cela à bon escient. Le jour de la grande bataille arriva et je vis le visage de cette ombre. Cétait un homme, mais il n'était pas seul, une femme démone se tenait à ses côtés et une autre personnage dont j'ignorais sa provenance. La bataille fut des violentes. Nous étions plus de dix, et à eux trois, nous tombiona tous comme des mouches. Nous étions que des insectes! Comment cela pouvait être possible! Je ne pouvais pas le croire! Leur force était absolue! Je ne pouvais seulement pas le croire! Et je vis Kaguya blessé grièvement! et sa mère qui voulait reprendre son énergie. C'est à ce moment que toute ma rage remonta comme une éruption. Pacte après pacte, faisant appelle à toute la puissance que mes yeux pouvaient m'offrir, je devais briser la limite que ma limite me limitait!! Je devais transcender mon pouvoir pour la liberté de tous!! Ce combat devait m'être gagné!!! Une forme de Liche qui me coûta mes jambes me donnait ine force au delà de l'imagination. Avec cette puissance, je réussis à mettre à genoux cette femme démone, mais pas cette homme qui me brisa.

J'avais vaincu, mais aussi perdu.
Je n'avais qu'été qu'un pion.
Sans jambe et dans les bras de Kaguya, je savais que j'en avais plus pour longtemps...

[*]

- ... Je n'ai été qu'un pion sur l'échiquier d'un primodial. Les champions ne sont que des marionnettes pour les primordials avec de viles desseins...

Cette histoire qui expliquait l'ancienne vie de Kaguya et de ce jeune  brisait le corps de la jeune princesse. Dire qu'ils ne pouvait pas vivre en paix maintenant... Cela ne resultait pas seulement à une peine, mais aussi une rage. Une rage qui inquiétait même son alter-ego, mais en même temps, son alter-ego le connaissait une infime partie de cette histoire. Maintenant qu'elle le savait pratiquement au complet, même Kaiza ne pouvait s'empêcher d'avoir une rage qui montait en elle, car elle aussi, elle avait offert son énergie à une primordiale pour faire revenir les deux roi du péché. Cette histoire du péché ressemblait trop à celle que ce dénommée Kurohana venait de mentionné. Une guerre pour le pouvoir et la liberté. Levant les yeux vers Akiza, Kaiza se mit à se demander si ce n'était pas elle la championne Infernal.

- Dit, est-elle...

- Non, elle n'est pas la championne Infernal, elle est autre chose.

- Autre chose ?.. Hum..

- Je suis moi! Dit-elle à la suprise de tous. Je suis moi et je vais le rester. Je suis libre de penser ce que je veux et temps que j'aurai cette pensée de liberté individuelle qui m'est dû... Alors je serai libre de devenir plus forte que quiconque!

Finalement, elle avait repris confiance en elle au yeux de Kaiza. Le spectre du jeune homme se mit à sourire en plus de Kaiza. Malgré la laideur de ce ciel lugubre, Akiza était maintenant déterminé de vaincre Allithna, la primordiale Infernale qui voulait faire renaître Kaiza en la tuant. Avoir détruit le corps l'avait libéré en partie, mais Allithna restait un catalyseur, Akiza devait devenir plus que cela ; un Maelstrom, comme Kaiza se surnomait ou encore chimère. " Quand l'espoir devient le désespoir " à la surprise d'Akiza, Kaiza ajouta tout en disparaissant doucement " C'est sa phrase d'action" les yeux de la jeune sorcière devinrent soudainement rouge. Dans ses iris, on pouvait discerner quelque détails ressemblant à des joyaux. Ses cheveux rose avec sa mèche rouge devenait de plus en plus brillant, sa robe s'enflamma d'une couleur rose magenta. De plus, sa peau avec une légère teinte rosée. Des centaines de filaments rouge écarlates de mirent à entourer la jeune femmes pour ensuite former une sphère de la même couleur. La sphère ressemblait à une soleil miniature et brillait de mille feux. Éblouissant, hallucinant, la sphère brillait tel que tout les morts-vivants dans les alentours tombaient incinérés. Tournant sur elle-même, la sphère disparut par la suite que les filaments d'énergie furent relâchés. La princesse habillé normalment dans sa forme la plus normal. Un léger black out, Akiza se retrouvait maintenant où elle avait commencer son aventure : Dans son ancienne chambre et ne se trouvait plus au royaume runique. Tout cela n'était qu'un rêve? Kaiza allait recommencer à refaire des scènes? L'onyx noir qui brillait sur son journal intime aux côtés du livre qu'elle avait trouvé dans la bibliothèque runique prouvait le contraire. Un miroir, CE miroir, se trouvait près de ces deux livres. S'approchant de ces deux livre pour ensuite les prendre, Akiza croisa le regard de Kaiza qui se trouvait dans le miroir. Cheveux rouge, yeux rouge, habit rouge, touts le contraire de la jeune princesse avec ses cornes démoniaques. Mais aussi, Finalement, elle n'était plus si effrayante, surtout quand elle lui souriait.


⛧ The Androgyne ⛧
The Inauguration


On m'a souvent dire que j'avais une écrire très androgyne, mais aussi que j'inspirais les autres.
Certains disent aussi qu'Akiza est compliqué. Et là, je dis oui! Mais aussi, attachante. Et là aussi, je dis oui! Akiza n'est du type personnage cliché facile à prévoir, car elle ne veut pas de pouvoir et ne veut pas être au-dessus des autres, mais aussi, elle ne veut pas être dans l'ombre de quelqu'un. En tant que ver, Akiza veut voir et vivre du soleil et non toujours être à la merci du mauvais temps. Sa curiosité doit sûrement être son pire défaut, car tout vouloir savoir, apprendre et comprendre l'amène souvent dans des aventures qui peuvent la mettre en danger. Être gourmande n'est pas un défaut, c'est une qualité quand on ne prend pas de poids. Même si tout semble l'énerver, elle rêve néanmoins à un monde où tout le monde pourrait s'accepter.
En fait, Akiza me ressemble beaucoup.

Son seul souhait être de vivre dans une liberté individuelle où chacun pourrait vivre dans la sérénité, mais ceci est utopique. Maintenant que son voyage l'a mené à découvrir des secrets troublants, Aki a finalement trouvé son but. Le corps de Kaiza maintenant détruit, Allithna restait une menace pour elle, mais aussi, l'un des primodial aussi. Ce même primodial qui fait germer la corruption. Pour vaincre ces puissantes entités, Akiza devait trouver leur point faible.

Maintenant qu'elle a sont but, par la même occasion, cela met aussi fin à la première partie de son histoire : Wormgirl. À présent, l'inauguration du cocon écarlate s'éveille.
Son histoire se passera 1 ans et demi après cette évènement. Âgée de maintenant de 20 ans, qui sera maintenant ces nouvelles ambitions et aussi, ses nouveaux ennemis ?


_________________

Ember, Spark, Flare et Blaze

Valor

Messages : 252
Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Santé:
Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrev51150/150Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec23  (150/150)
Magika:
Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec21200/200Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec23  (200/200)
Stamina:
Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barres10100/100Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Barrec23  (100/100)
Valor

Voir le profil de l'utilisateur http://gate-of-valor.forumactif.com
Dim 13 Mai - 13:27
Un rp un peu trop long, on peut y compté environs 802 Lignes
Ce qui fait selon le Système 1604BP
Rp Validé.

_________________
Akiza In The Shadow Of The Valley of Death [ Solo/Key of Valor/Origin] Ba9bee10

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: