Gate of Valor

Nous sommes à la recherche de roi et de champion! Rejoingnez nous vite pour découvrir les mystères de votre aventure! et recevez 500BP a utiliser !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Dark Desire: The Devil's Choir and I [Intro Noltara]
 :: Royaume Elfique :: Grande fontaine Magique

Noltara Whitewings

Messages : 21
Date d'inscription : 28/05/2018

Feuille de personnage
Santé:
100/100  (100/100)
Magika:
100/100  (100/100)
Stamina:
100/100  (100/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Juil - 11:43

   

   

   



   
Dark Desire

   
   
   
Devil' Choir and I  
  

  Il n'y a pas d'évolution, seulement du progrès. Je l'ai su à mes dépens lorsque la réalité ma frapper comme une gifle. La porte qui devait m'amener vers ma destinée m'a, merdiquement, ouverte sur le visage. Moi qui aspirait le renouveau et le changement. Les règles ne sont pas pour être enfreintes, mais je savais que je devais en enfreindre quelques-unes. Pour un monde où ceux comme moi puissent vivre comme une personne normal. Les différences ne devraient pas creuser un fossé. J'avais d'autre ambition.
Pour le changement, j'ai du faire des sacrifice, comme tout le monde.
Beaucoup m'ont t'hais, mais c'était le prix à payer pour devenir celle que je voulais devenir.
Les histoires de mon idole concordaient parfaitement à mes principes. Si je pouvais devenir comme cela, peut-être que je pourrais attirer l'attention de ce god damn king du royaume infernal. Oui, mon but était de surpasser la reine de ce folklore infernal. Les histoites disent qu'elle a été trahis par le roi en ce moment sur le trône.
Ma fascination pour lui ne pouvait que devenir plus grande. Briser une règle pour le renouveau et changer les choses. Si je pouvais changer une règle pour changer le monde ? Je ne changerais rien, les règles son déjà brisés. L'évolution a cessé, le progrès à commencer, mais nous avons cessé d'avancer en regardant en avant.
Moi je vais regarder en avancer et brûler ce coeur autrefois pur.  Je vais avancer au delà où personne ne s'imaginerait à aller. Si je pouvais changer une règle pour changer le monde ? Je ne changerais rien, les règles son déjà brisés. Elles sont déjà brisés. Je le sais parce que :
La porte s'est refermé derrière moi, la porte s'est refermé derrière nous. Je ne reculerais pas, mes ambitions brûlent trop! Juste à savoir quand une porte s'ouvrira à nouveau, pour que je puisse devenir la nouvelle monarque.


*Noltara à quelques semaine (avant)

- Qu'est-ce qui ne va pas avec toi!  dit Sapphira, la grande fée. Tu sais très bien que tes pratiques sont... Violente!

La violence n'était pas en quelque sorte un moyen de changer les règles. Pourtant, depuis la naissance du Tout, la violence restait quotidienne, peut importe le monde. À la naissance du monde, une explosion, encore, des collisions sans cessaient jamais jusqu'à connaitre notre monde d'aujourd'hui. La violence était aussi présente dans toute les folklores les plus connus, dans toute les légendes et les contes. Les vrais le savaient, la violence était devenue une sorte de décoration pour orner les histoires. Qu'est-ce que qui était mieux pour changer les règles ? Tout le monde se battait pour valoir leur idéaux. Sans aucune exception. Les guerres autant qu'au petite bagarre dans les cours d'écoles. Tout ceux-ci ont toujours eu pour but de faire valoir les points de vue d'une personne : " Elle n'est pas faible " ou " Nous voulons de l'argent ". L'évolution est mort, place au progrès. C'était maintenant chacun pour soi.  Pourtant, dans la jungle, les animaux évoluaient de cette façon. Nous étions sensé être solidaire afin d'évoluer. Petit sourire cynique

- La règle est déjà brisé, mère.

Noltara, la fille unique de Sapphira, la grande fée de la Grande Fontaine du Royaume Elfique. Depuis sa tendre enfance, Noltara avait un talent inouï dans la magie, mais son plus gros défaut était son égoïsme. Toutes les autres fées la décrivaient comme : Gâtée à l'os. Si seulement il y avait autre chose de plus profond que l'os. La moelle osseuse alors. Sapphira lui donnait tout ce qu'elle avait besoin, et Jece, depuis son plus jeune âge. Beaucoup vivait son insolence quotidienne, surtout sa mère. À ce point, Noltara ressemblait plus à une personne narcissique qui ne s'intéressait qu'à sa propre personne, ses propres émotions et ses prorpes idéaux. Les ambitions des autres ne compaient absolument pas. L'avis des autres pouvait se comparer à des déchets. Jamais elle ne le dira assez : les règles ont changées.

- Assez!

- Sinon quoi, mère?

- Ksst! Ces histoires du démon t'ont montés à la tête, Noltara!

La grande fontaine n'était pas qu'un simple fontaine qu'on pouvait trouver dans les parcs où près des hôtels de ville. La grande fontaine était un lieu où plusieurs chutes d'eaux se réunissaient à un seul et même endroit. L'eau dite sacrée, la terre absorbait cette eau à un freinte impensable. La flore de la grande fontaine magique était le lieu le plus magnifique de toute la forêt. La nature avait pris soin d'aménager d'elle-même les lieux. Des braches d'une solidité et d'une fraîcheur sans pareil. De grande feuille d'un vert presque émeraude, mais aussi des lières lumineuse décorait cet environnement magique. De petits serpentin llumineux voyageait un peu partout pour butiner ces lières. Leur lumière légendaire possédait plusieurs couleur selon le type d'arbre. Du bleu sapphir, du violet au Garnet. Les lucioles vivaient autant de jour que de nuit. La fontain avait un vécu depuis bien avant la création de Liavaarana, la grande cité. Quelques balcons étaient suspendu à quelques mètres au dessus des chutes d'eaux tout près des arcs-en-ciels que le soleil créait grace au perle d'eau créé par les chutes. L'eau avait la propriété de soigner les blessures et autres maux.

Aussi rebelle qu'elle était, Noltara s'envola vers l'un des balcons. Son sourire devant tout les autres confrères de la grand fontaine. Son regard scrutait chacun des citoyens de la fontaine qui jugeaient des faits et gestes, mais pas seulement cela, ils étaient tous aussi hypocrites de la juger. Ils n'étaient pas mieux, selon elle. Comme si elle les pointait du doit

- Vous croyez tous être supérieur, car je suis la plus jeune, mais je suis la plus forte. Je suis peut-être une néophyte, mais j'ai plus de connaissance des vraies règles: elles sont brisé, vous n'êtes rien. Vous cherchez là où il n'y a rien. Il n'y a pas de Mère-Terre, sinon elle se serait déjà occupé de cette zone noir de la forêt. Vous croyez tous en une chose que vous n'avez jamais vu ; nous sommes tous sale avec un passé sombre. Vous n'êtes pas des saints, voua êtes tous aussi hypocrites que moi.

L'atmosphère devint lourd soudainement. Un malaise sans précédent où un silence d'une froideur glaciale régnait. Plus aucun son, seul l'eau faisait du bruit en émettant sa bruine. Sa mère la regardait, ainsin que le peuple. Ils ne savaient trop quoi dire, sauf sa mère bien sûr qui criait à l'hérésie, ensuite suivit du peuple. La néophyte ne faisait rien, ne disait rien et se disant qu'elle allait laisser le peuple ainsi que sa mère dans leur ignorance. Une ignorance comparable à une torpeur. Des petits chuchotements s'en suivaient. Des cachoteries qui énervaient grandement la jeune fée. Parler ainsi dans son dos en venait à la toucher verbalement. Serrant ses poings, Noltara pointa son peuple de sa main. La néophyte s'écria :

- Assez! Assez, je ne supporte pas que l'on me touche ainsi.

Sa mère en plus de son peuple regarda la jeune fée dans un triste silence. La vérité au grand jour alors que ceux-ci la regardait en dépit de ses avertissements. Montrant les dents en regardant sa mère et ensuite ses congénères. Leur ignorance avait une limite. Soudainement, la foule commença à l'agresser en cria " hérésie " sans arrêt. Noltara recula de quelque pas en croisant le regard de sa mère. Voilà que maintenant comment elle fut une paria. En brisant les règles, nous devenons ce que nous sommes depuis les temps immémoriaux: se battre pour la force et le pouvoir sans sans ne retirer rien d'autre que du sang. Un tel comportement n'était pas digne d'une fée. Avant que son influence puissait corrompre ses congénères. La néophyte reçut alors le châtiment d'Exile.


 
Anthem of Outcast



Noltara fut exilé de la Grande fontaine magique. Cela eut pour conséquence qu'elle n'avait plus de toit où dormir. C'était donc cela qui était réservé à ceux qui brisait les règles ? Ne sachant plus où aller, la jeune fée marchait en direction de... En direction de n'importe où sauf dans cette affreuse fontaine qui abritait des hypocrites. Étrangement, Noltara ne pouvait pas voler non plus. Ses ailes avait reçu un sceau qui l'empêchait de s'envoler. D'ailleurs, Noltara était condamnée à marcher pour le restant de ses jours. Les arbres se rassemblaient tous. Les feuilles de même, c'était la première fois qu'elle sortait vraiment de ma Grande Fontaine. Là où elle trouvait refuge, Noltara ne se sentait nullement en sécurité. Comment se sentir en sécurité dans une gigantesque forêt? N'importe quoi pouvait devenir un potentiel prédateur lorsqu'il s'agissait d'une personne avec de mauvais dessein.

Les jours et les nuits passèrent, la néophyte avait trouvé un petit village où rester. Sachant que certains la craignaient sans aucune raison apparente, elle restait par conséquent dans la taverne. Tout ces gens saouls la dégoûtaient de manière écoeurante. L'endroit n'avait pas seulement que du mauvais, car plus les jours passaient, plus Noltara entendait des histoires. Les histoires piquait la curiosité de la fée de plus en plus. Des histoires les plus banales aux plus effroyables comme la noirceure de la forêt. Le mythe du secteur de la forêt corrompue. CETTE histoire l'intriguait. Si cette forêt était aussi effrayante qu'il y paraissait, Noltara se devait d'y jeter un coup d'oeil. Peut-être que cette noirceure allait lui apporter une quelque chose d'assez intéressant pour renverser sa mère!  Le problème c'est qu'elle en savait trop peu, la fée devait donc rester quelque jours encore pour en savoir plus. Laisser le sujet où encore seulement écouter, tout les moyens étaient bon pour enrichir ses connaissances à ce sujet. Parfois assise une table plus loin ou seulement à côté d'un homme qui en parlait au bar, la fée ne ratait pas la moindre occasion d'en savoir plus au sujet de cette mystérieuse région de la forêt.

Une fois qu'elle croyait en savoir assez sur cette région sombre de la forêt, Noltara parti de ce petit village sans que personne ne la revit. Ce petit village sans nom non plus d'ailleurs. S'aventurant dans la forêt en direction de cette fameuse forêt. La fée suivait les indications qu'elle avait entendu pour s'y rendre. Est-ce que ces rumeurs étaient vraies du moins ? Elle ne le savait pas. Tout ce qui l'intéressait, c'était cette étrange noirceure, la maladie qui se propageait dans la forêt. Même si aucun plan n'avait été établi dans sa tête ni aucune stratégie, Nolatara voulait trouver un moyen pour gagner en force. Pour vaincre sa mère, elle était prête à découvrir les pires fléaux, un pouvoir que sa mère ne pourrait pas stopper! Un pouvoir où elle serait puissante! Selon les villageois, la noirceure de la forêt se trouvait très loin, excessivement loin, mais chaque jour, cette maladie s'approchait. Les créatures là bas, personne en avait jamais vues. Personne ne savait à quoi elles ressemblaient aussi. Selon des survivants, de drôle de phénomènes s'y produisaient non loin de cette sinistres affection. Des bruits indescriptibles allant aux cris des plus étranges, cette région de la forêt regorgeait de mystère, mais renfermait aussi le mal. Selon les survivants, même s'il n'avait pas vu de créatures, ils restaient marqué étrangement. Noltara se disait que cela n'arrivait qu'aux autres et cette maladie devenait maintenant sa raison de vivre.

La corruption qui touchait cette forêt devenait sa raison de vivre la plus funeste. Au centre de ce mal où elle se voyait comme chez elle, Noltara embrassait chaque once d'obscurité. Cette même obscurité qui caressait chaque centièmes de pores de sa peau. Les créatures qui y vivaient ressemblaient à des abomination, mais cela ne l'effrayait pas. Ses propos étaient déjà jugé comme hérétiques. De leur oeil jaune entouré de cette substance visqueuse. Des tentacules noir mouvaient d'eux et autres appendices écoeurants. Ceux-ci lui parlaient, lors voix impossible à distinguer. Étrangement, ces créateurs ne s'en prenait pas à elle et encore plus fou, elles s'asseoyaient sur ce qui leurs tombaient sous la main. Rocher, souche ou encore une bûche, ces créatures l'accueillait d'une manière assez étrange et un savoir vivre. D'autre yeux d'un jaune... Étrange se trouvaient sur leur corps et fixaient tous la néophyte, la nouvelle venue. Ces choses étaient... Intéressantes. Elles étaient trois à l'acceuillir comme si Noltara allait pénétrer dans un antre.


Embrasse les ténèbres, embrasse-les, les règles sont déjà brisées. Croire en son propre potentiel afin de renverser les plus faibles et mettre fin aux mensonges. Noltara, la fée corrompue. Celle qui voulait démontrer sa force de paroles. Ses propos contre-disaient ceux de sa mère. En embrassant les ténèbres, Noltara s'était aventurée dans la voie de non retour. L'ombre caressait pas seulement ses cheveux, mais aussi ses seins, son corps. Son sourire s'effaça et jamais il ne réapparaîtra. Ses ailes, de toute façon, ils étaient brisées, la corrompue demanda à ces créature de lui arracher. Sans aile, cela insignifiait qu'elle n'était plus une fée. Le sang gicla d'où ses ailes fut arrachées. La douleur était insoutenable. Noltara créait à plein poumon. Un cri strident auquel les mort pourrait se réveiller. Gouttes de sang au sol où ce même sol pourri s'abreuvait du liquide rouge de la néophyte. Des tiges se logèrent dans sa plaie, ces derniers s'enfoncèrent. Douleur toujours aussi insoutenable, gémissement de douleur. La corrompue souhaitait que cela cesse rapidement.

Lorsque le tout se termina, une malicieux sourire s'esquia sur les lèvres de Noltara. Un sourire aussi froid que sinistre. Elle se mit à rire aux éclats m, un rire fourbe limite proche de la folie, si ce n'était pas déjà le cas. Maintenant, Noltara se voyait bien affronter sa mère et briser les règles une nouvelles fois.

 
Irreproachable Hate Anthem



Tu ne me touches pas, tu m'écoutes et tu me respectes. Si tu ne respectes pas ces trois règles, tu m'as donc manqué de respect et briser l'une des règles fondamentales de mes valeurs : La violence, briser les règles. La mort par la vanité n'existe pas, car de tout façon, elle ne peut pas me toucher. Je suis une légende! Pas un conte de fée...

La fontaine magique où cet eau sacré pouvait soigner n'importe quelle blessure. Cette eau sacré.. qui allait bientôt devenir noir visqueux. Les doigts de Noltara avaient changés drastiquement depuis voyage dans la région sombre de la forêt. Contre les mur laissant sa souillure derrière elle, Noltara marchait avec une vanité absolue. Là où ses doigts laissaient sa souillure, une substance noir émanait des traces laissées. Trois des créatures qui habitaient cette région obscure de la forêt suivait Noltara comme s'ils s'agissaient d'une garde royale. Son sourire gagnant et fourbe ne laissait croire qu'elle allait laisser quelconque vie épargnée. Ses désirs étaient sombre. Son hérésie avait gagné, peine à croire. Sa démarche avec une fierté et arrogance digne du péché. Ces créatures abominables la suivaient. Inconnu pour la plus part comme une légende ; mignonnes à ses yeux. Noltara arriva maintenant au centre de la fontaine où cette eau sacré ne le serait plus très longtemps. Son regard déterminé vit sa mère. Sa mère estomaqué du changement que sa jeune fille unique venait de subir lors de son exile. Au point de se demander où elle avait échoué dans l'éducation de sa fille qu'elle devait tuer, sa mère n'avait plus le choix. Les cheveux de Noltara avait passé du vert au rouge sang. Des mèches avaient resté vertes, mais le plus troublant était son regard et aussi ses ailes arrachées! Ses ailes étaient remplacé par autre chose. Une chose inexplicable. La grande fée ne reconnaissait plus sa fille. Son regard de psychopathe donnait froid le dos. Son sourire comme du sang à ses lèvres concordait avec son air frénétique. Noltara venait d'aller trop loin! La grand fée jeta un puissant rayon de lumière. Noltara et ses yeux psychotiques s'ouvrirent avec un large sourire. *Glare* le rayon de lumière entra en collision avec un mur invisible qui finit pas le transformer en minuscule particules de lumière. Des petits éclats noir, blanc et jaune séparaient mère et fille.

- hm-hm-hm-hm... hm-hm-hm... Ha Ha Ha Ha Ha Ha!! Ha Ha Ha Ha Ha Haeugh.. Ha Ha Ha Ha Ha!!

Deux autres fées se mirent à travers de sont chemin. Les abominations stoppèrent les assaillantes en un moins temps pour le dire. La visage dégoûté de sa mère donnait un bonheur ultime a aussi la jeune neophyte. Son sourire ne pouvait que devenir plus effroyable et psychotique. À l'aide d'un seul geste [Expel] fit disparaître à néant les deux fées assaillantes. Dans leur petit cri d'agonie et de désespoir, la fée corrompue continuait son vile rire machiavélique pour ensuite lancer un regard noir à sa mère. Les fées ne pouvait plus rien faire contre Noltara. Sa vanité venait de transcender au delà les inquiétude de la grande fée. Pour Noltara, cela ne changeait pas grand chose. Cette vanité lui allait bien selon elle.  Son sourire de boucher face à sa mère.

- Je suis Noltara, l'Avatar de ces Abominations!!

Dit-elle alors que son doigts fit jaillir une lumière noir et d'une couleur proche d'olive en direction de la grande fée. Sa mère n'eut aucun mal à bloquer cette vile lumière corrompue. Le regard attristé de sa mère engendrait la colère de la néophyte corrompue et augmenta la puissance de son assaut. Sa mère bloqua à nouveau. La colère augmenta encore un cran. La douleur qu'elle avait subi pour perdre ses ailes, les ténèbres qui la caressaient!! Tout cela! Tout cela! Ses yeux d'une folie furieuse vers le sol. Sa folie furieuse démontrait sa honte de ne pas être à la hauteur de sa mère encore une fois. Cette faiblaisse engendrait encore une fois une haine profonde où elle se releva pour faire apparaître une lumière noir, mais.. *Split*

- Qu'est-ce que c'est que ce bras !?

- Tu as voulu trop de force trop tôt, ma fille, la fontaine sacré donne du pouvoir au coeur pur ; la forêt  corrompue fait le contraire.

*Noltara a quelques mois ( Après, après sa mutation )

*Split, Splich, Sqrish* Noltara se mit à hurler de douleur alors que ces trucs immonde sortait de sa peau, sa poitrine, cuisses, bras. Chaque pore de sa peau lui brûlait comme une immolation. Ces trucs qui replaçaient ses ailes pénétrèrent dans les murs. Les cris d'agonie de Noltara au seul en train de se tranformer en abomination. L'une de ses iris étaient devenue jaune, un jaune hideux. La moitié de sa bouche difforme où elle vomissait cette substance noire et vertes olive. La néophyte se plaignait maintenant et implora sa mère.

- Mère... J-j'ai mal... S'il..vous plaît.. Mère, aidez-moi... Aimez-moi..

La grande fée ne pouvait plus regarder sa jeune fille se tranformer ainsi. Par honte, mais aussi parce que la voir devenir une abomination lui brisait le coeur. Sa peau fondait pour laisser place à autre chose. Quelque chose de visqueux et hideux où regarder donnait la nausée. La grande fée se retourna alors que des perles de larmes s'échappaient. Un " désolée, Noltara " signait la fin de lors confrontation. Un mur de lumière balaya la néophyte hors de la pièce sacrée de la fontaine. Noltara traversa les murs jusqu'à être éjectée dehors de la Grande Fontaine Magique. Briser les règles ne l'avait pas aider. La néophyte s'écria et injuria sa mère. Maudissant en plus sa mère, Noltara qui continuait son affreuse transformation comme sa haine.

- Sois maudit, mère! Sois Maudit!!

 
Dark Desire

End


_________________
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: